Dossier

Cet article est issu du dossier «RDC : Lubumbashi la cosmopolite»

Voir tout le sommaire
Culture

Serge Manseba

Serge Tshibang a Kazad dit © Sikasso pour J.A.

Artistes ou chefs d'entreprise, ils ont de l'audace et du talent. Leur credo ? Le beau, l'efficacité et la bonne humeur. Serge Manseba a 31 ans, il est comédien, humoriste et réalisateur .

Depuis qu’il a campé un Kasaïen dans Bonne Humeur, sa première série télévisée, diffusée sur la chaîne privée locale Nyota TV, il a pris pour nom d’artiste celui de Manseba ("oncle maternel", en tshiluba), le surnom qu’on donne ici aux ressortissants des deux provinces kasaïennes.

Pourtant, Serge Tshibang a Kazad (son vrai nom) est bien né à Lubumbashi. C’est alors qu’il était élève chez les méthodistes qu’il a découvert son aptitude à amuser ses camarades de classe ou de la chorale. À l’âge de 15 ans, il se lance dans le théâtre et enchaîne les représentations aux côtés de comédiens expérimentés, comme Kadiombo. Son but : se faire un nom, et pouvoir gagner sa vie en faisant le pitre. "Mon père était furieux, mais ma mère s’est montrée plutôt compréhensive", se souvient-il. En 2007, le comédien crée son propre groupe, Manseba. Depuis, "l’homme en rouge" ne quitte plus, tout au moins sur les planches, son désormais célèbre costume écarlate – du bonnet aux chaussures -, et a reçu plusieurs récompenses, dont le prix de la révélation lors de la première édition du Festival international du rire de Lubumbashi, organisé en avril 2013 par la société Gondwana City Productions. "Pour moi, faire rire est inné, explique-t-il. Je m’inspire du fonctionnement des institutions, de la vie dans nos quartiers…" Des situations qu’il a mises en scène en 2013 dans une nouvelle série, Erreurs graves, produite par Mathys Médias & Communication, la maison de production de Serge Mulumba.

Ses débuts dans la chanson, à la fin de l’année dernière, font moins l’unanimité. En novembre, l’un de ses clips, jugé "très osé" par les uns, "sexy" par les autres, a déclenché de vives polémiques à Lubumbashi. Pendant que l’Assemblée provinciale en a débattu, certaines télévisions locales ont suspendu sa diffusion. Depuis, il a tourné une nouvelle version, "plus soft", de son titre Cuisse de poulet. Tout un programme.

>> Retour à la liste des portraits

>> Retour au sommaire du dossier

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte