Dossier

Cet article est issu du dossier «RDC : Lubumbashi la cosmopolite»

Voir tout le sommaire
Société

Nathalie-Aziza Munana

Nathalie-Aziza Munana

Nathalie-Aziza Munana © Sikasso pour J.A.

Artistes ou chefs d’entreprise, ils ont de l’audace et du talent. Leur credo ? Le beau, l’efficacité et la bonne humeur. Nathalie-Aziza Munana a 54 ans, et est directrice de la fondation Calixte-Munana.

Études primaires à Kipushi, sa ville natale (à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Lubumbashi), secondaires à Lubumbashi et supérieures en Belgique ; retour au début des années 1980 au Katanga, où elle crée une entreprise de fourniture d’équipements sportifs et de sécurité.

Le parcours de cette Katangaise férue d’équitation s’est déroulé sans anicroche. Jusqu’à ce que, en 1988, sa soeur soit emportée par le sida à l’âge de 35 ans, laissant derrière elle six orphelins. Une mort qui a bouleversé la vie de Nathalie-Aziza Munana. La même année, elle crée la fondation Calixte-Munana (du nom de son père) consacrée aux veuves et orphelins du sida : accueil, dons de nourriture et de matériel scolaire, cours d’alphabétisation, formations, animations… Vingt-cinq ans plus tard, Nathalie-Aziza Munana garde le même cap : "Redonner de l’espoir à ces enfants et à ces femmes afin que le mot avenir ait un sens pour eux."

>> Retour à la liste des portraits

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte