Politique
 © MONTAGE JA : Alfredo D’AMATO/PANOS-REA

Cet article est issu du dossier

Trafic de bois : sur la piste d’un crime environnemental

Voir tout le sommaire
Politique

Sénégal : quand le trafic de bois alimente la rébellion en Casamance

« Trafic de bois : les coulisses du pillage » (3/5). Entre le Sénégal et la Chine, via la Gambie, le commerce illicite de bois de rose continue de prospérer. Une catastrophe écologique qui génère des sommes colossales et finance la lutte armée.

Réservé aux abonnés
Par - à Dakar
Mis à jour le 2 mai 2022 à 08:58

© MONTAGE JA : JOHN WESSELS/AFP

Son nom pourrait évoquer quelque dinosaure tout droit sorti du film Jurassic Park. Mais pterocarpus erinaceus n’a rien d’un ptérodactyle reconstitué sur grand écran, à partir de son ADN, afin de donner des frissons aux adolescents. Au sud du Sénégal, cette espèce de bois précieux – appelée, indifféremment, bois de rose ou bois de vène – a longtemps été l’un des trésors secrets des vertes forêts de la Casamance. Trésor écologique s’entend, avant que son exploitation sauvage et son commerce clandestin ne se transforment en un business juteux au carrefour du Sénégal, de la Gambie et de la Chine. Avec, en toile de fond, une rébellion armée qui a vite compris quel intérêt en tirer pour se financer.

Embuscade meurtrière

Le 24 janvier 2022, un accrochage meurtrier est venu rappeler que le conflit ancien dans cette région méridionale du Sénégal ne relevait pas seulement des revendications indépendantistes du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance (MFDC). Cette rébellion, qui sévit depuis 40 ans – la plus ancienne d’Afrique -, est aujourd’hui scindée en deux maquis distincts qui entretiennent conjointement un conflit de basse intensité face aux forces armées sénégalaises. Au sud, à la frontière bissau-guinéenne, César Atoute Badiate maintient une pression relative après avoir fait scission avec son frère ennemi, l’incontrôlable Salif Sadio, puis avoir opté pour un cessez-le-feu.

Au nord, dans la zone qui jouxte la frontière gambienne, ce dernier reste, lui, actif militairement. C’est entre les rebelles emmenés par Salif Sadio et les « Diambars » (le surnom des soldats sénégalais) qu’a eu lieu le récent accrochage à l’origine d’un possible virage dans le conflit. Quatre militaires sénégalais y ont trouvé la mort tandis que sept autres ont été provisoirement retenus en otages. Et au cours des mois suivants, une offensive de l’armée sénégalaise a traduit l’intention de Dakar d’en finir avec cette rébellion qui se voudrait irréductible.

Au lendemain de l’affaire, le 25 janvier 2022, un communiqué de presse de la Direction des relations publiques des armées (Dirpa) vient lever une zone d’ombre sur le casus belli. Signé du lieutenant-colonel Saliou Ngom, celui-ci indique que l’échange de coups de feu survenu la veille s’est déroulé « en Gambie, au sud de Bwiam […], dans le cadre d’une action de sécurisation et de lutte contre les trafics illicites, notamment contre l’exploitation criminelle du bois sur la frange frontalière avec la Gambie ».

Commerce illégal et complicités

Selon la Dirpa, « au cours des cinq mois précédents, 77 camions transportant illégalement du bois provenant du Sénégal avaient été immobilisés par le 5e Détachement sénégalais déployé au sein de la Force internationale en Gambie », la Micega. Officiellement, la loi gambienne ne permet pas l’exportation de bois de rose. Mais, malgré le changement de régime survenu en 2018, suite au départ de Yahya Jammeh, des complicités au plus haut niveau sont attestées, côté gambien, dans ce commerce connu de tous.

C’est donc en cherchant à contrôler ce convoi que les soldats sénégalais seraient tombés dans une embuscade. Faut-il en déduire que le MFDC assurait la protection des containers de troncs d’arbre pillés dans les forêts du Sénégal méridional ?

Si rien n’est fait d’ici deux ans, la Casamance risque de devenir un désert

Selon un bon connaisseur du dossier, membre de la société civile sénégalaise, « la zone où le bois est coupé illégalement se situe pourtant bien plus à l’est de la zone contrôlée par Salif Sadio ». Reste que, d’après des témoignages convergents, c’est lors d’un contrôle du chargement des camions emplis de troncs que l’accrochage a débuté entre rebelles et soldats sénégalais.