Politique

Côte d’Ivoire : les Yacé, ou la politique dans le sang

C’est l’une des familles les plus puissantes de Côte d’Ivoire. Depuis Philippe Yacé, qui fut le premier président de l’Assemblée nationale et un compagnon d’Houphouët, les Yacé n’ont jamais cessé d’être sur le devant de la scène. Politique, business, concours de beauté… Ils sont partout.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 6 mai 2022 à 11:26

De g. à dr. : Mathieu Ekra, Philippe Yacé et Victor Ekra lors du cinquantenaire du PDCI-RDA en avril 1996, à Yamoussoukro. © Franck Hermann Ekra

En inaugurant le pont de Jacqueville, le 21 mars 2015, Alassane Ouattara l’avait baptisé « Philippe Grégoire Yacé ». Tout un symbole. Fils de la région, Philippe Yacé est considéré comme le chef spirituel des Alladian, Ahizis et Akouri qu’il avait réussi à unir, et fut un temps le dauphin de Félix Houphouët-Boigny. Lui et sa lignée ont marqué l’histoire de la ville et du pays. Mais qui sont-ils au juste ?

Quatre frères

En Côte d’Ivoire, on distingue deux types de grandes familles. Celles qui ont été anoblies par le président Félix Houphouët-Boigny et celles qui se sont fait un nom durant l’époque coloniale. Les Yacé font partie de la seconde catégorie. Riche, instruit et influent, ce clan continue à jouer un rôle de premier plan en politique, dans le milieu des affaires et même dans celui des dames de beauté.

« Dans plusieurs de nos maisons de famille se trouve le portrait de quatre