Politique

Guinée : comment Ibrahima Kassory Fofana prépare sa défense

Soupçonné de détournements, l’ancien Premier ministre a été placé sous mandat de dépôt avec trois autres ex-ministres d’Alpha Condé. Ses avocats peaufinent leur stratégie de défense en multipliant les recours.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 19 avril 2022 à 14:40

L’ancien Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana. © Cellou Binani pour JA

Quatre anciens ministres d’Alpha Condé sont soupçonnés de détournements de deniers publics, enrichissement illicite, blanchiment d’argent, corruption et complicité par la justice guinéenne. Le 6 avril, tous ont été incarcérés à la Maison centrale de Conakry : l’ancien Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana, Mohamed Diané qui fut ministre d’État à la présidence chargé de la Défense nationale, Diakaria Koulibaly (Hydrocarbures) et Oyé Guilavogui (Environnement).

À Lire Guinée : Alpha Condé de retour à Conakry sur ordre de Doumbouya

Inculpés et placés sous mandat de dépôt par Aly Touré, le procureur de la Cour de répression des infractions économiques et financières (Crief), les prévenus doivent être jugés à l’issue de l’instruction. L’audience, initialement prévue le 11 avril, a finalement été ajournée. Selon leurs conseils, les ex-ministres n’ont pas été informés des faits qui leur sont exactement reprochés, ni des montants qui auraient été détournés. Leurs crimes présumés dateraient de la période où Alpha Condé dirigeait le pays, jusqu’à son renversement le 5 septembre 2021.

Le procureur de la Crief épinglé

Pour muscler sa défense, l’ancien Premier ministre a étoffé son équipe de trois avocats de la sous-région, l’ancien ministre de la Justice malien Mamadou Ismaïla Konaté et les Sénégalais Ousmane Sèye et Seydou Diagne. Ce dernier est également le conseil de l’ancien ministre Karim Wade. Ils ont, en collaboration avec leurs six confrères guinéens, engagé deux procédures distinctes contre la Crief et son procureur, qu’ils accusent d’avoir « violé la loi ».

À Lire Saïd Djinnit : « En Guinée, le régime militaire de Mamadi Doumbouya est une mauvaise solution à un vrai problème »

Le 12 avril dernier, ils ont déposé un référé contre le parquet spécial de la Crief, dénonçant le caractère arbitraire de « l’arrestation, la détention et la séquestration » de leurs clients. S’appuyant sur le code de procédure pénale, ils demandent l’annulation des mandats de dépôt et la remise en liberté immédiate de leurs clients – Diakaria Koulibaly s’est retiré depuis de la procédure. L’audience pour l’examen de ce référé prévue ce 19 avril a finalement été renvoyée au 21 avril à 10 heures, à la demande du procureur Aly Touré.

« Acharnement judiciaire »

Un autre recours a été déposé auprès du ministre guinéen de la Justice, Moriba Alain Koné. Le pool d’avocats dénonce là encore le mandat de dépôt prononcé par Aly Touré, qu’ils jugent caduc et illégal.

« Au regard de l’état actuel du dossier et des pièces accessibles, il apparaît nettement que toute la démarche entreprise par monsieur le procureur spécial n’était motivée que par son seul et unique dessein de décerner un mandat, déposer les quatre personnes poursuivies à la maison d’arrêt de Conakry et les faire garder en prison », indique la requête que Jeune Afrique a pu consulter. Par conséquent, la défense demande au ministre de la Justice de saisir le Conseil supérieur de la magistrature.

À Lire Guinée : la lettre controversée d’Alpha Condé à Ibrahima Kassory Fofana

L’entourage des anciens ministres d’Alpha Condé dénonce publiquement un « acharnement judiciaire » contre les responsables politiques, alors que Kassory Fofana a été porté à la tête du comité exécutif provisoire du RPG Arc-en-ciel (ancien parti d’Alpha Condé), le 31 mars dernier. Ses conseils n’excluent pas de saisir les instances régionales.