Politique

Nigeria : Yemi Osinbajo et Bola Tinubu, l’homme d’État contre le faiseur de roi

Ils sont déjà en lice pour le scrutin présidentiel du 25 février 2023 : entre l’ancien gouverneur de Lagos et le vice-président, c’est le combat de l’eau et du feu. Les puissants gouverneurs nigérians joueront les arbitres.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 18 avril 2022 à 13:13

Bola Tinubu et Yemi Osinbajo. © MONTAGE JA : STEFAN HEUNIS/AFP ; Afolabi Sotunde/REUTERS

Il ne s’agit pas moins que de gouverner l’un des pays les plus puissants d’Afrique subsaharienne. Pour succéder à Muhammadu Buhari, 79 ans et bientôt au terme de son second mandat, deux hommes se disputent déjà l’investiture de son parti, le All Progressives Congress (APC) : le vice-président Yemi Osinbajo, fort de son expérience du pouvoir, et Bola Tinubu, qui entend s’appuyer sur son réseau et sa fortune.

Bola Tinubu domine la vie politique nigériane depuis vingt ans. Il a été le faiseur de roi des deux précédentes élections présidentielles. Dans les derniers jours de la présidence de Goodluck Jonathan, sa décision de quitter le Peoples Democratic Party (PDP, alors au pouvoir) et de former un nouveau parti, l’APC, avait aidé Muhammadu Buhari à remporter l’élection.

Mais cette fois, pour le scrutin du 25 février 2023, Bola Tinubu a la conviction que le roi, ce sera lui. D’autant plus qu’il connaît celui qui le défie : Yemi Osinbajo, son protégé, qu’il imposa à la vice-présidence parce que yorouba et qu’un « ticket » uniquement composé de deux musulmans était inenvisageable. On peut donc imaginer sa surprise et sa colère, le 11 avril, lorsqu’il a vu l’homme qu’il avait promu pour garder son siège au chaud annoncer se présenter pour succéder au président Buhari.