Politique

Nigeria : Yemi Osinbajo et Bola Tinubu, l’homme d’État contre le faiseur de roi

Ils sont déjà en lice pour le scrutin présidentiel du 25 février 2023 : entre l’ancien gouverneur de Lagos et le vice-président, c’est le combat de l’eau et du feu. Les puissants gouverneurs nigérians joueront les arbitres.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 18 avril 2022 à 13:13

Bola Tinubu et Yemi Osinbajo. © MONTAGE JA : STEFAN HEUNIS/AFP ; Afolabi Sotunde/REUTERS

Il ne s’agit pas moins que de gouverner l’un des pays les plus puissants d’Afrique subsaharienne. Pour succéder à Muhammadu Buhari, 79 ans et bientôt au terme de son second mandat, deux hommes se disputent déjà l’investiture de son parti, le All Progressives Congress (APC) : le vice-président Yemi Osinbajo, fort de son expérience du pouvoir, et Bola Tinubu, qui entend s’appuyer sur son réseau et sa fortune.

À Lire Nigeria : Yemi Osinbajo sort de l’ombre et se lance dans la course à la présidentielle

Bola Tinubu domine la vie politique nigériane depuis vingt ans. Il a été le faiseur de roi des deux précédentes élections présidentielles. Dans les derniers jours de la présidence de Goodluck Jonathan, sa décision de quitter le Peoples Democratic Party (PDP, alors au pouvoir) et de former un nouveau parti, l’APC, avait aidé Muhammadu Buhari à remporter l’élection.

Mais cette fois, pour le scrutin du 25 février 2023, Bola Tinubu a la conviction que le roi, ce sera lui. D’autant plus qu’il connaît celui qui le défie : Yemi Osinbajo, son protégé, qu’il imposa à la vice-présidence parce que yorouba et qu’un « ticket » uniquement composé de deux musulmans était inenvisageable. On peut donc imaginer sa surprise et sa colère, le 11 avril, lorsqu’il a vu l’homme qu’il avait promu pour garder son siège au chaud annoncer se présenter pour succéder au président Buhari.

Dès lors, la bataille des soutiens est engagée. Car en 2023, les faiseurs de roi seront les gouverneurs. Ce 10 avril, Yemi Osinbajo les a réunis pour la rupture du jeûne du ramadan (Iftar), et 12 des 21 gouverneurs de l’APC étaient présents. À peine 24 heures après, c’était au tour de Bola Tinubu de les convoquer… et 17 se sont présentés.

À Lire Nigeria : Bola Tinubu, le « parrain de Lagos » qui voudrait être roi

Depuis trois décennies, Bola Tinubu est le parrain politique du sud-ouest du Nigeria. Après la fin de ses deux mandats de gouverneur de Lagos, en 2007, il a utilisé son capital politique et financier pour consolider son influence. Nombre des gouverneurs de la région lui doivent leur position, et il continue de courtiser et de financer les chefs traditionnels de la région qui contrôlent la politique locale et les bulletins de vote. Il incarne la figure classique du grand leader qui n’a pas peur d’exhiber son argent.

Général sans armée

Yemi Osinbajo, plus cérébral et réservé, professeur de droit, a travaillé pour Bola Tinubu au gouvernorat de l’État de Lagos avant d’en devenir procureur général. Ses capacités administratives ne font aucun doute, mais cela fait-il de lui plutôt un politicien de poids ou un général sans armée ? Bien qu’il bénéficie d’un statut de star dans le sud-ouest du Nigeria grâce à sa femme, petite-fille du leader indépendantiste Obafemi Awolowo, Osinbajo ne dispose ni du réseau d’influence ni de la réserve d’argent, essentiels pour gagner des élections au Nigeria.

« Vous devez avoir des structures bien implantées à travers le pays pour gagner la présidence du Nigeria. C’est le cas de Bola Tinubu », commente Joe Igbokwe, fervent partisan du « parrain de Lagos » et ancien porte-parole de l’APC dans l’État du Lagos.

Alors les jeux sont-ils faits ? Pas si vite, réplique l’équipe du vice-président, qui croit en ses chances. « Les gouverneurs ne sont pas tous dans le camp de Tinubu », affirme Kayode Ajulo, responsable du groupe de soutien Progressive Lawyers for Osinbajo (PYO)« Dans la tradition yorouba, nous prions toujours pour que nos fils soient plus grands que nous. Oui, Bola Tinubu a fait les gens, mais les gens ont aussi fait Tinubu », poursuit-il.

Si Muhammadu Buhari adoube son vice-président, les millions de Bola Tinubu n’y feront rien

À Abuja, tous les yeux sont tournés vers Muhammadu Buhari : il conserve le pouvoir de désigner le « candidat du consensus » au sein de l’APC. S’il adoube Osinbajo, les millions de nairas de Bola Tinubu n’y feront rien.

Enfin, la santé fragile de Bola Tinubu pourrait entraver sa campagne. Tout comme l’actuel président, il fait des voyages réguliers à Londres pour raisons médicales. Les Nigérians pourraient tout simplement ne pas avoir envie que deux présidents malades se succèdent à la tête du pays.