Économie

Énergie : fin d’une époque pour Engie en Afrique

Le groupe français se sépare de 17 sociétés de services énergétiques sur le continent, qui sont reprises par le groupe libanais Butec. Il demeure toutefois présent dans le renouvelable.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 16 avril 2022 à 15:19

Les activités d’Engie reprises par Butec concernent 1 500 collaborateurs. © Stephane Mahe/REUTERS

Une page se tourne pour Engie en Afrique. Annoncé en 2020 et détaillé l’année suivante, le recentrage du groupe énergétique français (57,9 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2021) sur l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Amérique latine se concrétise. Et il se solde notamment par un désengagement du continent.

La cession de 17 sociétés de services dans l’énergie*, implantées notamment en Afrique du Sud, au Maroc, au Nigeria, en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso, a en effet été finalisée fin mars, a annoncé le 14 avril le repreneur, le groupe libanais Butec, actif dans les projets clés en main et les services multitechniques.

Un portefeuille de 200 millions de dollars

Butec, dont le siège est aux Émirats arabes unis, avait annoncé fin décembre 2021 la conclusion d’un accord ouvrant la voie à ce rachat. Sollicité, le groupe français dirigé depuis début 2021 par Catherine MacGregor n’a pas souhaité commenter l’opération.

 La transaction est financée sur fonds propres et sur le bilan de Butec

Si le montant de la transaction demeure confidentiel, Ziad Younes, le PDG de Butec, présent au Proche-Orient, dans les pays du Golfe et dans un seul pays en Afrique, l’Algérie, indique que les activités reprises représentent un chiffre d’affaires de 200 millions de dollars et 1 500 collaborateurs. « La transaction est financée sur fonds propres et sur le bilan de Butec, qui dégage un profit positif de façon permanente depuis près de dix ans, y compris durant les années Covid », a-t-il précisé, soulignant que la marque Butec remplacera celle d’Engie.

Une relation de plus de 20 ans

Fondé en 1964 à Beyrouth par la famille Younes, le groupe, dont IFC, filiale de la Banque mondiale dédiée au secteur privé, est actionnaire à hauteur de 7 %, opère ainsi une diversification géographique, souhaitant que l’Afrique assure plus de la moitié de ses activités dans trois ans. « Butec travaille avec Engie, via les ex-Suez et Degrémont, depuis plus de vingt ans. Nous avons construit ensemble de nombreuses stations de traitement d’eau au Moyen-Orient et dans le Golfe », a souligné son patron, mettant en avant un plan de reprise qui « assure la pérennité de l’ensemble des filiales et l’intention de continuer leur intégration industrielle ».


>>> À lire sur Africa Business +Le plan de Butec pour la reprise des actifs d’Engie <<<


Le groupe libanais avait face à lui plusieurs offres concurrentes mais principalement portées par des acteurs locaux ne s’intéressant qu’à un groupe de filiales et non à l’ensemble du portefeuille.

Recentrage sur quatre métiers

Du côté d’Engie, cette opération s’inscrit dans un plan global de cession d’actifs visant à recentrer le groupe sur quatre métiers (énergies renouvelables, solutions énergétiques, infrastructures, production thermique et fourniture d’énergie) et à réduire drastiquement son empreinte géographique, de 70 pays de présence en 2018 à moins de 30 d’ici à 2030. À la fin de l’année 2021, le groupe a rapporté 9,2 milliards d’euros de cessions engagées ou finalisées, tablant sur la récupération d’au moins 11 milliards d’euros entre 2021 et 2023. D’ici à la fin de l’année 2022, il doit notamment finaliser la cession à Bouygues d’Equans, qui réunit les activités dont il veut se séparer en Europe.

En Afrique, Engie demeure présent dans la gestion et le développement de centrales solaires et de parcs éoliens. Son offre de fourniture d’énergies renouvelables (mini-réseaux, systèmes domestiques…) et de services énergétiques est développée par l’entité Engie Energy Access, dirigée depuis la Belgique par Gillian-Alexandre Huart, et qui a récemment signé des contrats au Nigeria, au Gabon et en Ouganda.

* À savoir : Thermaire, Ampair, Ampair Engineering, Ampair Maintenance KZN et Ampair Maintenance Western Cape en Afrique du Sud ; Engie Services Algérie ; Ampair Maintenance Botswana ; Tieri Burkin au Burkina Faso ; Engie Services Côte d’Ivoire et Afric Power en Côte d’Ivoire ; Engie Ghana Ltd ; Engie Services Maroc, Cofely Contracting Maroc, Cofely Tanger au Maroc ; Improvair Mozambique Limitada ; Tieri Niger au Nigeria et enfin IES Swaziland.