Politique

RDC : de retour à Kinshasa, Vital Kamerhe sera-t-il le joker de Félix Tshisekedi ?

Renvoyé devant la justice après l’annulation de sa condamnation en appel, l’ancien bras droit du chef de l’État est rentré à Kinshasa, ce lundi 18 avril, et pourrait revenir au centre du jeu. Un pari risqué à moins de deux ans des élections.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 18 avril 2022 à 15:48

Le leader de l’Union pour la nation congolaise (UNC), Vital Kamerhe, à Kinshasa, le 23 février 2015. © FEDERICO SCOPPA/AFP

La traversée du désert de Vital Kamerhe touche-t-elle à sa fin ? Le 11 avril, la Cour de cassation a annoncé l’annulation de la condamnation en appel pour détournement de fonds de l’ancien directeur de cabinet de Félix Tshisekedi. Renvoyé devant une cour d’appel différemment constituée, il va pouvoir être rejugé sur le fond de l’affaire.

Célébrée comme une victoire par l’Union pour la nation congolaise (UNC), qui a longtemps dénoncé un « procès politique », cette décision n’est en soi qu’une étape. Mais elle crédibilise un peu plus la rumeur qui circulait déjà depuis des mois d’un possible retour aux affaires de l’ancien bras droit de Félix Tshisekedi.

Vital Kamerhe a-t-il vu le coup venir ? Remis en liberté provisoire le 6 décembre dernier et autorisé à se faire soigner en France, il a mené, jusqu’à son retour à Kinshasa le 18 avril, une discrète convalescence parisienne. Pendant quatre mois, seule une poignée de proches ont eu accès à lui, dont son épouse, Hamida Chatur, et son assistant personnel, Michel Moto. L’issue favorable du pourvoi en cassation n’a rien changé au silence auquel il s’astreint. Même son entourage dit vouloir rester prudent quant à l’issue de l’affaire. « Le dossier est tellement sensible », estime un cadre de l’UNC refusant de « céder au triomphalisme ».

Des ennemis en moins