Économie
Si l’activité des champions africains du transport aérien, du tourisme et de l’automobile a été laminée par la crise, l’industrie des télécoms a, elle, montré sa résilience. Il en va de même pour certains géants des métaux comme la Snim, en Mauritanie. © Jeune Afrique

Cet article est issu du dossier

Les 500 premières entreprises africaines en 2022

Voir tout le sommaire
Sponsor image
Économie

Classement 2022 des 500 premières entreprises africaines : le palmarès complet

OCP, Cevital, Sonatel, Ethiopian Airlines, Dangote Cement… Quelles sont les entreprises qui ont le plus pâti de la crise sanitaire ? Quelles sont celles qui tirent leur épingle du jeu ? Pour le savoir, découvrez notre classement exclusif.

Par
Mis à jour le 28 avril 2022 à 12:26

© Photomontage Jeune Afrique

La 23e édition du Top 500 porte les stigmates de la pandémie. Ce classement exclusif fondé sur les performances de 2020 – on était alors au plus fort de la pandémie – le reflète. Les grandes entreprises ont subi un choc inédit, qui a fait passer le chiffre d’affaires cumulés des 500 premières d’entre-elles, sous la barre des 600 milliards de dollars, une première depuis 2016.

Si l’activité des champions africains du transport aérien, du tourisme et de l’automobile a été laminée par la crise, l’industrie des télécoms a, elle, montré sa résilience. Il en va de même pour certains géants des métaux, comme la Snim, en Mauritanie.

TABLEAU_1-50

TABLEAU_1-50

TABLEAU_51-100

TABLEAU_51-100

TABLEAU_101-150

TABLEAU_101-150

TABLEAU_101-150

TABLEAU_101-150

 

TABLEAU_151-200

TABLEAU_151-200

TABLEAU_201-250

TABLEAU_201-250

TABLEAU_251-300

TABLEAU_251-300

TABLEAU_301-350

TABLEAU_301-350

TABLEAU_351-400

TABLEAU_351-400

TABLEAU_401-450

TABLEAU_401-450

TABLEAU_451-500

TABLEAU_451-500