Politique

Rwanda : vingt ans après… Renaître à Kigali

Mis à jour le 18 avril 2014 à 17:55

6 avril 1994-6 avril 2014 : alors que la communauté internationale peine encore à examiner ses propres responsabilités dans le génocide des Tutsis, les Rwandais s’efforcent de transcender les passions meurtrières pour bâtir une nouvelle nation. Avec comme unique mot d’ordre : plus jamais ça.

Génocide. Néologisme forgé il y a soixante-dix ans sur les cendres de la Shoah par Raphaël Lemkin, juriste polonais réfugié aux États-Unis, à partir de deux mots : le grec genos (genre, espèce) et le latin caedere (tuer, massacrer). Être tué pour ce que l’on est du fait de sa naissance, dans le cadre d’un plan concerté d’extermination. Si la solution finale fut arménienne, juive, herero, assyrienne, elle fut aussi rwandaise.

Vingt ans après, le dernier des génocides de l’Histoire contemporaine continue de hanter le pays des Mille Collines et des mille fosses communes. Comment en serait-il autrement ? Le massacre des Tutsis du Rwanda fut le plus rapide et le plus dense de tous les génocides : un million de morts en cent jours, soit dix mille par jour, sept par minute. Le seul, aussi, à être populaire puisque 60 % de la population rwandaise de 1994, manipulée par une machine politique extrémiste, y a participé. Le seul, enfin, à être consanguin puisqu’il déchira deux communautés, hutue et tutsie, en réalité deux catégories sociales que la colonisation avait érigées en ethnies rivales, mais qui partagent la même langue, la même culture et les mêmes patronymes.

>> Lire l’interview de Paul Kagamé : "Je ne conseille à personne de se mêler des affaires intérieures du Rwanda"

Vingt ans après, l’heure est venue des retrouvailles du peuple rwandais. En aucun cas elles ne sauraient se fonder sur l’oubli ou le pardon des organisateurs et des concepteurs du projet raciste d’extermination qui mena au génocide. Mais le dépassement des passions du passé est une obligation si le Rwanda veut se reconstruire. Cette renaissance, évidente pour tous ceux qui connaissent ce pays, se fait certes au forceps, de façon autoritaire, et sans doute faudra-t-il évoluer, ou plutôt laisser évoluer les dirigeants de Kigali, lesquels répètent à qui veut l’entendre que ceux-là mêmes qui se refusèrent à intervenir pour faire cesser le génocide n’ont aucun droit de s’ingérer dans leur gouvernance, encore moins de les juger.

>> Lire aussi la tribune du politologue Jean-Paul Kimonyo : Déjà en 1963 à Kikongoro

L’heure est venue aussi pour les puissances politiques ou morales d’examiner enfin leurs propres responsabilités dans les causes et le déroulement du génocide rwandais. Le Vatican, bien sûr, dont on attend toujours le mea culpa, la Belgique, les États-Unis, l’ONU, mais surtout la France. Si la justice de l’Hexagone commence à peine à jouer son rôle, il reste à ceux qui étaient aux affaires à l’époque, entre 1990 et 1994, à regarder en face cette page d’Histoire, si tragique fut-elle. Ce vingtième anniversaire leur en donnera-t-il l’occasion ? Quand on sait que ce travail d’autocritique mémorielle reste encore à faire, en France, pour la période coloniale et les guerres de décolonisation, on peut hélas en douter…

_______

>> Pour aller plus loin, sur le blog défense de Laurent Touchard :

Une histoire du génocide rwandais (#1) : contexte historique et intentions

Une histoire du génocide rwandais (#2) : l’attentat du 6 avril 1994

Une histoire du génocide rwandais (#3) : attentat du 6 avril 1994, pourquoi la thèse de la culpabilité du FPR ne tient pas la route