Technologie
Notre palmarès se découpe en trois parties : les leaders de l’industrie, les investisseurs et les lanceurs de tendance. © Montage JA.

Cet article est issu du dossier

Exclusif JA – Tech 2022 : les 50 champions d’un secteur en pleine expansion

Voir tout le sommaire
Économie

Chipper Cash : réseau américain, succès africain

Avec 250 millions de dollars levés et un nouveau statut de licorne, la fintech, qui doit en partie son succès à la grande proximité de ses fondateurs avec la Silicon Valley, a connu une année 2021 de folie.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 28 avril 2022 à 12:24

Ham Serunjogi et Maijid Moujaled, les fondateurs de Chipper Cash. © Chipper Cash

Dans ce dossier

Exclusif JA – Tech 2022 : les 50 champions d’un secteur en pleine expansion

Classée parmi les start-up à suivre en 2021 selon les médias Techgist Africa et African Vibes et l’influenceur Alex Mitchell, Chipper Cash a tenu ses promesses. Alors que le monde économique se redresse lentement après deux ans de pandémie, la start-up de transfert d’argent international, fondée en 2018 par l’Ougandais Ham Serunjogi et le Ghanéen Maijid Moujaled, n’a pas cessé de se hisser en une de l’actualité au cours de l’année écoulée.

En mai 2021, elle lève 100 millions de dollars dans un tour de table mené par SVB Capital, l’un de ceux qui fait « probablement » d’elle « la start-up africaine la mieux valorisée », avance son PDG Ham Serunjogi, sans pour autant révéler le montant de cette valorisation. Si ces propos ont fait quelques sceptiques, l’extension de série C de 150 millions de dollars en novembre, cette fois dirigée par FTX, la plateforme d’échange de cryptomonnaies du plus jeune milliardaire du monde, Sam Bankman-Fried, a donné raison à l’Ougandais, puisque la valorisation de Chipper atteint alors 2 milliards de dollars.

La start-up devient officiellement la quatrième licorne africaine de l’année, et la sixième de l’Histoire. « C’est une étape importante, mais je crois que certains s’attardent un peu trop sur la valorisation », rétorque Ham Serunjogi lors d’une table ronde virtuelle organisée par MTN Soudan du Sud en novembre.