Banque
Siège de la banque marocaine Attijariwafa, à Casablanca. © FADEL SENNA/AFP.

Cet article est issu du dossier

Banques : un parfum de changement post-Covid

Voir tout le sommaire
Économie

Bank of Africa : Othman Benjelloun, l’indéracinable ?

Son goût du mystère n’a d’égal que sa soif de développement. À 91 ans, le patriarche de la banque marocaine n’envisage pas du tout de prendre sa retraite, mais la question de sa succession revient avec insistance.

Réservé aux abonnés
Par - avec Aurélie M'Bida
Mis à jour le 5 mai 2022 à 14:26

Othman Benjelloun au Forum Chine-Afrique à à Marrakech, en novembre 2017. © Jean-Michel Ruiz/CAIF pour JA.

« Il oublie son âge. C’est une information qu’il ne faut pas lui rappeler », confie d’emblée un lieutenant d’Othman Benjelloun. À 91 ans, le deuxième homme le plus riche du Maroc, selon Forbes, continue de présider aux destinées du groupe Bank of Africa (BOA, ex- BMCE BOA), qui a dévoilé à la fin mars de solides performances au titre de 2021.

Avec un résultat net de quelque 2 milliards de dirhams (188 millions d’euros), en croissance de 47 % par rapport à 2020, son groupe se targue même d’un « niveau record jamais atteint », s’agissant des résultats hors-filiales, qui ont représenté 1,5 milliard en 2021.

Othman Benjelloun a toujours été résolument tourné vers le futur. Il se projette en 2030, 2050

Le nom de Bank of Africa a récemment été associé à un scandale : une enquête pour fraude et falsification de documents bancaires dans le cadre de l’affaire Babour Sghir, ce député accusé d’escroquerie via des emprunts et des facilités de caisses pour 30 millions d’euros. Mais la banque entend bien poursuivre sur sa lancée. Cap a d’ailleurs été mis sur le développement dans le royaume et en Afrique subsaharienne, lors de la présentation des résultats. Deux emprunts obligataires doivent servir ces ambitions : l’un d’un montant de 1 milliard de dirhams par appel public à l’épargne, l’autre par « émission inédite » d’un social bond pour 500 millions de dirhams.