Technologie
Notre palmarès se découpe en trois parties : les leaders de l’industrie, les investisseurs et les lanceurs de tendance. © Montage JA.

Cet article est issu du dossier

Exclusif JA – Tech 2022 : les 50 champions d’un secteur en pleine expansion

Voir tout le sommaire
Économie

[Classement tech 2022] Régulateurs, lobbyistes, influenceurs : 10 lanceurs de tendance au cœur de la transition numérique

« Les 50 champions de la tech 2022 » (3/3). Qu’ils soient chefs d’autorités de régulation, lobbyistes, fondateurs d’incubateurs ou influenceurs, ils œuvrent à l’accélération de la numérisation sur le continent.

Mis à jour le 1 juillet 2022 à 11:27

© Montage JA : Metamorworks/Getty/iStockphoto

Dans ce dossier

Exclusif JA – Tech 2022 : les 50 champions d’un secteur en pleine expansion

Jeune Afrique a choisi de placer en première position de ce classement des lanceurs de tendances celui qui pendant longtemps a été un cauchemar pour les opérateurs.

Après des années d’attente, Godwin Emefiele, le gouverneur de la Banque centrale du Nigeria, a autorisé, début avril, l’attribution d’une licence de mobile money à MTN, leader du marché des télécoms, permettant à son pays de franchir une étape importante en matière d’inclusion financière. En 2021, Globacom et 9Mobile avaient déjà bénéficié de ce précieux sésame. Numéro deux du marché, Airtel attend désormais la sienne.

La libéralisation du marché éthiopien, même si elle est incomplète, a été aussi l’un des événements les forts de l’année écoulée. Artisan de la fin du dernier monopole africain dans ce domaine, Balcha Reba, patron du régulateur des télécoms, prend de ce fait la deuxième place de cette sélection.

Il est suivi par l’Ivoirien Lacina Koné (3e), qui a renforcé l’influence de Smart Africa, devenu un espace de dialogue continental pour l’harmonisation des politiques africaines, réunissant gouvernements et acteurs privés. Son combat pour la mise en place d’un système d’identité numérique partagé est une étape importante pour le continent.

Ambassadeurs des startupers

Respectivement classés 4e et 5e, le Nigérian Bosun Tijani et la Camerounaise Rebecca Enonchong sont devenus au fil des ans les meilleurs ambassadeurs des startupers. Fondateur du CcHub, présent au Nigeria, au Kenya et au Rwanda, le premier vient de lancer un nouveau programme d’accompagnement de jeunes pousses, nommé Seedr, au Botswana et en Namibie.

Quant à la patronne d’AppsTech, qui préside aussi le conseil d’administration de l’incubateur camerounais ActivSpaces, elle reste l’un des porte-voix les plus populaires de la tech sur Twitter, parlant aussi bien aux francophones qu’aux anglophones.

Jeune Afrique a aussi intégré dans son palmarès, Anna Ekeledo (7e), présidente d’AfriLabs qui fédère aujourd’hui 347 tech hubs dans 52 pays sur le continent.

La sixième position de Marc André Loko, directeur général de l’Agence béninoise pour le développement du numérique vient, elle, récompenser l’ambitieux projet de lancement de l’opérateur de télécoms public Sbin, dont il a été l’un des principaux artisans.

Rôle de la société civile

Jeune Afrique n’a pas voulu oublier le rôle de la société civile en incluant l’Éthiopien Damit Bekele (8e), représentant pour l’Afrique de l’ONG Internet Society qui continue d’œuvrer pour le développement des points d’échange sur le continent, et la Sud-Africaine Onika Makwakwa (9e), qui se bat pour la baisse du prix des connexions.

Ancrée dans l’actualité, notre sélection inclut enfin l’influenceur, auteur, enseignant et entrepreneur nigérian Chris Ani (10e), le plus célèbre promoteur de la technologie blockchain et des cryptomonnaies dans son pays. Comme un pied de nez à Godwin Emefiele, qui reste opposé à leur utilisation – une position qui participe à l’explosion des transactions clandestines.

 © JA

© JA