Économie

Dette : le nouvel eurobond de l’Angola confirme l’intérêt des investisseurs pour l’Afrique

En levant 1,75 milliard de dollars dans le cadre d’une émission qui arrive à point nommé, l’Angola devient le deuxième pays africain à se lancer sur le marché des euro-obligations cette année.

Mis à jour le 8 avril 2022 à 18:16

L’économie angolaise est au beau fixe. Ici, le siège de la Banque nationale d’Angola (BNA), à Luanda. © Osvaldo Silva/AFP

Les autorités de Luanda ont enregistré un succès probant lors de leur nouvelle sortie sur le marché obligataire ce vendredi 8 avril. L’émission d’un eurobond d’une maturité de dix ans, à un coupon de 8,75 %, a en effet été sursouscrite plus de deux fois. Cette émission a été supervisée par Citi et Deutsche Bank.

« Cette troisième émission est arrivée au moment opportun », a commenté pour The Africa Report/ Jeune Afrique Tiago Dionisio, analyste et directeur adjoint chez Eaglestone Securities, basé au Portugal. Il poursuit : « Alors que le dernier programme du FMI pour le pays est arrivé à son terme, l’économie est relativement solide et la situation budgétaire s’est améliorée – une perspective intéressante pour les investisseurs potentiels ».

Première sortie depuis 2015

De son côté, le Nigeria a également récemment réalisé une émission obligataire, ravivant les espoirs d’un intérêt mondial croissant pour la dette africaine, en levant 1,25 milliard de dollars, bien qu’à un prix élevé.

L’an dernier, l’Afrique francophone n’était pas en reste avec l’eurobond de 1 milliard de dollars du Bénin en janvier 2021, un eurobond sursouscrit à 300 % par le Cameroun au mois de juillet, une levée de 775 millions d’euros pour le Sénégal.

Selon Bloomberg, les quelque 750 millions de dollars levés lors de la dernière émission de l’Angola serviront à financer une partie de la dette due en 2025 et 2028. La première incursion de l’Angola sur le marché international de la dette a eu lieu en 2015, avec une euro-obligation à dix ans de 1,5 milliard de dollars, suivie d’émissions à dix et trente ans en 2018 et en 2019.

Les élections dans la ligne de mire

Alors que l’Angola se prépare pour les élections du mois d’août prochain, son économie est en bonne forme à la faveur d’un programme de soutien du FMI de trois ans, qui s’est achevé en décembre 2021.

La dette publique est passée d’environ 100 % du PIB en 2020 à environ 80 % actuellement

Dans le cadre de ce programme, le FMI a déboursé au total 4,5 milliards de dollars au bénéfice du pays pour rétablir sa viabilité extérieure et budgétaire, améliorer la gouvernance et diversifier l’économie afin de promouvoir une croissance durable, portée par le secteur privé.

« À la suite du programme, le kwanza s’est stabilisé, le marché noir rendu quasiment inexistant, et la dette publique est passée d’environ 100 % du PIB en 2020 à environ 80 % actuellement », explique Tiago Dionisio.

Perspectives stables

« L’inflation dans le pays est encore relativement élevée, mais c’est aussi le cas au niveau mondial, car de nombreux pays continuent de se débattre avec les retombées économiques de la guerre en Ukraine. Néanmoins, nous nous attendons à ce qu’une inflation à un seul chiffre s’installe en Angola d’ici à 2023 », poursuit l’analyste.

Selon les prévisions de Fitch Ratings, la croissance du PIB réel devrait atteindre 2,9 % d’ici à 2023, après une croissance du PIB de 0,1 % en 2021 et une contraction de 5,1 % en 2020. Dans le même temps, l’inflation s’établira en moyenne à environ 25 % en 2021 et tombera à 16 % en 2022, toujours selon ces prévisions.

Au mois de janvier, Fitch a relevé la note de défaut émetteur à long terme en devises de l’Angola de « CCC » à « B- » avec des perspectives stables.

Flambée du prix du pétrole

L’Angola – deuxième producteur de pétrole d’Afrique, lequel représente environ 90 % du total des recettes d’exportation – ne devrait pas bénéficier de la flambée des prix du pétrole en raison des obligations de la dette extérieure du pays envers la Chine.

La production augmentera à 1,20 million de barils par jour en 2022

« À la suite de la dernière annonce budgétaire de l’Angola, nous comprenons qu’une fois que les prix du pétrole dépassent 60 dollars le baril la différence doit être utilisée pour rembourser la dette envers la Chine, de sorte qu’il n’y ait pas de recettes d’exportation supplémentaires à court terme », souligne Tiago Dionisio.

Dans le même temps, la production de pétrole en Angola continue de diminuer en raison du vieillissement des infrastructures et du manque de nouveaux investissements dans le secteur. « Nous prévoyons que la production augmentera à 1,20 million de barils par jour en 2022 et se maintiendra en 2023, mais cela dépend de la mise en ligne d’une nouvelle production », indique la note publiée par Fitch. « Un échec en la matière pourrait entraîner une baisse de la production de 10 à 15 % par an. »