Économie

Cameroun : les cinq chantiers prioritaires du nouveau DG d’Eneo

Désormais à la tête de l’énergéticien, le Belge Patrick Eeckelers, ancien d’Engie, va devoir puiser dans son expérience – longue de plus de trente ans – pour affronter les nombreux et pressants défis du secteur électrique camerounais.

Réservé aux abonnés
Par - à Yaoundé
Mis à jour le 6 avril 2022 à 19:35

Centrale thermique de Limbé (85 MW), dans la région du Sud-Ouest du Cameroun. © MABOUP

Nommé en janvier au poste de conseiller spécial du directeur général d’Energy of Cameroon (Eneo), un marchepied incontournable pour prendre la tête de l’entreprise, Patrick Eeckelers a tout de suite pris la mesure de l’environnement dans lequel il va désormais évoluer.

Alors que l’on croyait l’opération de titrisation de la dette de l’État à l’égard de l’énergéticien – de l’ordre de 182 milliards de F CFA (277 millions d’euros) – définitivement bouclée, l’entreprise a dû, dans l’urgence, emprunter 30 milliards de F CFA auprès des banques locales pour notamment régler une partie de sa dette fournisseur auprès des producteurs indépendants. L’épée de Damoclès des délestages en pleine coupe d’Afrique des nations (CAN) planait au-dessus de la filiale d’Actis, régulièrement prise à partie par des Camerounais privés d’électricité.

Nos clients doivent régler leurs factures afin que nous puissions à notre tour désintéresser nos fournisseurs.

Désigné DG le 30 mars par le conseil d’administration, le Belge va devoir rapidement faire face à la problématique de l’équilibre financier du secteur électrique camerounais. Un dossier qui a épuisé ses deux prédécesseurs, Éric Mansuy et Joël Nana Kontchou.

 


>>> À lire sur Africa Business+ : Patrick Eeckelers choisi pour assainir les finances d’Eneo <<<


Simple répit