Politique

Présidentielle sud-africaine : Jacob Zuma, indétrônable ?

| Écrit par Georges Lory
Jacob Zuma, président sortant, est à la tête de l’ANC.

Jacob Zuma, président sortant, est à la tête de l'ANC. © Rajesh Jantilal/AFP

Les élections provinciales et nationales du 7 mai prochain en Afrique du Sud devraient voir la victoire de l’ANC et la réélection de Jacob Zuma à la tête du pays.

Contrairement à ses prédécesseurs, Jacob Zuma, 72 ans, n’a pas le bac. Son seul diplôme : Robben Island. Durant ses dix années d’emprisonnement sur la petite île située au large du Cap, il suit les cours que dispensent les chefs historiques du Congrès national africain (ANC) condamnés à perpétuité. Libéré, il rejoint les rangs de la résistance. Homme affable autant qu’homme à femmes, il gravit les échelons du mouvement, qui le charge du renseignement. Divorcé de Nkosazana Dlamini, aujourd’hui présidente de la Commission de l’Union africaine, Jacob Zuma use à sa guise d’une disposition légale qui permet la polygamie dans un cadre coutumier. Il a quatre épouses officielles et un nombre d’enfants que son biographe situe autour de vingt-trois. Peu regardant sur l’argent public, piètre orateur mais fin manoeuvrier, il s’impose à la tête de l’ANC dès 2007. Avec l’appui des syndicats et des jeunes, il écarte Thabo Mbeki. Et renouvelle l’opération en 2012 avec le vice-président Kgalema Motlanthe.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA309_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte