Politique

[Série] Algérie-France : Abdelkader, un émir à Amboise

Quatre ans. C’est la durée de l’exil d’Abdelkader, héros de la résistance contre la France, dans le très prestigieux château d’Amboise. Quatre années qui vont marquer l’émir autant que cette petite ville d’Indre-et-Loire, où repose Léonard de Vinci.

Par - à Amboise
Mis à jour le 12 avril 2022 à 16:42

Une photo de la statue de l’émir Abdelkader à Amboise. © Guillaume Souvant/AFP

L’émir Abdelkader (1808-1883) n’est pas un roi, mais il n’en a pas moins sa place parmi les monarques de France qui ont marqué l’histoire du château d’Amboise, dans l’Indre-et-Loire.

Première grande figure de la résistance à la conquête française de l’Algérie en 1830, Abdelkader Ibn Muhieddine a combattu l’armée tricolore avant de déposer les armes en 1847 contre une promesse d’exil en Égypte ou en Terre sainte.

Hommage

Parole donnée, parole bafouée. En lieu et place de l’Orient, Abdelkader et sa suite sont détenus à Toulon, puis à Pau, avant d’être transférés en novembre 1848 au château d’Amboise.

Le bannissement dans ce château royal, qui était à l’époque dans un grand état de délabrement, a autant marqué cet illustre prisonnier que cette ville dont l’histoire est intimement liée à celle de la France.

Pour rendre hommage à ce héros du nationalisme algérien, la mairie d’Amboise a érigé en février dernier une sculpture en acier, tout près de l’endroit même où l’émir a débarqué en novembre 1848.

Ce personnage historique reste un symbole d’apaisement entre l’Algérie et la France

Vandalisée avant même son inauguration le 5 février 2022, cette œuvre restera en l’état avant que la municipalité n’érige un autre monument en l’honneur de l’émir, selon Thierry Boutard, le maire d’Amboise, qui a reçu Jeune Afrique.

L’idée d’une sculpture pour marquer le passage et le souvenir laissé par Abdelkader trouve son origine chez l’historien Benjamin Stora, auteur d’un rapport sur la réconciliation mémorielle entre la France et l’Algérie remis à Emmanuel Macron en janvier 2021.

Alors que les deux pays vont célébrer le 60e anniversaire de la fin de la guerre en 1962, ce personnage historique reste un symbole d’apaisement entre l’Algérie et la France. Jeune Afrique s’est rendu à Amboise sur les traces de l’émir et a consulté les archives de la municipalité qui racontent l’empreinte indélébile que cet homme a laissée dans ce château et dans la région.