Politique

Burkina Faso : dix choses à savoir sur David Kabré, nommé par Damiba à la tête des armées

Le président de la transition Paul-Henri Sandaogo Damiba a confié la réorganisation opérationnelle et le commandement de l’armée au colonel-major David Kabré. Une nomination sensible au moment où des pourparlers commencent avec des groupes jihadistes.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 20 avril 2022 à 13:18

Le colonel-major burkinabè David Kabré. © DR

1. Profil « apolitique »

Le colonel-major David Kabré a une longue carrière au sein de l’armée burkinabè dans laquelle il a démarré comme soldat de l’infanterie, en 1991. À 54 ans, ce natif de Tintilou, près de Tanghin-Dassouri, dans le centre du pays, a été nommé chef d’état-major général des armées par le lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, début février. Le président burkinabè, “tombeur” de Roch Marc Christian Kaboré, a choisi cet officier qui, s’il est réputé « homme de conviction » au sein de la grande muette, n’a aucune accointance politique connue.

2. Tandem

Dans la lutte qu’il devra mener face aux jihadistes dans un contexte particulièrement tendu pour le pays, le colonel-major devra former un tandem avec le lieutenant-colonel Yves Didier Bamouni, patron du tout nouveau centre de Commandement des opérations du théâtre national (COTN). Bamoumi, lui-même secondé par le lieutenant-colonel Roméo Djassanou Ouoba, a pour mission de « concevoir, organiser et soutenir les missions de sécurisation » sur l’ensemble du territoire national. Les prérogatives du COTN créé par décret signé de la main de Damiba en février dernier, couvre également la sécurisation des frontières terrestres et aériennes.