Économie

Inflation : cinq questions pour comprendre la flambée des prix en Afrique

Depuis quelques semaines, les prix de la majorité des produits alimentaires de base s’envolent sur le continent, mettant les États, les consommateurs et le secteur privé sous pression. Voici les cinq clés pour prendre la mesure d’un contexte hautement inflammable.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 7 avril 2022 à 19:15

Le gouvernement ivoirien a décidé de plafonner le prix de certains produits de consommation, dont la farine de blé, pendant trois mois. Ici, dans une boulangerie à Abobo, une banlieue d’Abidjan, le 23 mars 2022. © ISSOUF SANOGO/AFP

1. La guerre en Ukraine, unique responsable ?

Bien avant la guerre en Ukraine, la crise du Covid-19 avait déjà mis à mal les chaînes d’approvisionnement mondiales. Entre la hausse des coûts de logistique et de fret, consécutive à la congestion des routes commerciales et au manque de conteneurs disponibles, et les perturbations dans les récoltes causées par de mauvaises conditions météorologiques en 2021, l’offre peinait déjà à suivre la demande. Un déséquilibre qui a dopé les cours de plusieurs matières premières.

Selon Ollo Sib, analyste de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et du Programme alimentaire mondial (PAM/WFP) pour l’Afrique centrale et l’Afrique de l’Ouest, cette région était déjà en alerte au dernier trimestre de 2021, avec « une hausse de 39 % des prix alimentaires par rapport à la moyenne sur la même période des cinq dernières années ».

L’Afrique est particulièrement vulnérable aux impacts de la guerre en Ukraine.

D’après le Fonds monétaire internationale (FMI), au deuxième semestre de 2021, l’inflation alimentaire se situait autour de 11 % en Afrique subsaharienne.