Politique

Centrafrique : les secrets d’Henri Wanzet Linguissara, pilier du système Touadéra

Ce proche de Faustin-Archange Touadéra est aujourd’hui à la tête des renseignements centrafricains. Voici comment l’ancien ministre de la Sécurité publique a su se maintenir à flot malgré l’hostilité de certains puissants de Bangui.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 4 avril 2022 à 16:08

L’ancien ministre Henri Wanzet Linguissara © GOUV CF

Depuis le 23 juin 2021, Henri Wanzet Linguissara ne fait plus partie du gouvernement centrafricain, où il était entré en 2017 en tant que ministre de la Sécurité publique. Il reste toutefois, neuf mois plus tard, l’une des plus influentes personnalités politiques de Bangui, où ses réseaux lui ont permis de se maintenir dans le cercle du président Faustin-Archange Touadéra. Il est notamment au cœur de l’imbroglio diplomatique qui oppose toujours la France à la Centrafrique au sujet de quatre militaires arrêtés en février à l’aéroport Mpoko de la capitale.

Interlocuteur des Russes

Le gendarme de formation a ainsi plus que résisté à l’hostilité de l’ancien Premier ministre Henri-Marie Dondra (remplacé le 7 février dernier par Félix Moloua). Ancien de l’École de guerre de Pékin et de l’École des officiers de la gendarmerie de Melun, en France, il a pris la tête des renseignements centrafricains après sa sortie du gouvernement. Une promotion qu’il doit en partie à ses contacts privilégiés avec les mercenaires russes du groupe Wagner, dont il est depuis plusieurs années l’un des interlocuteurs réguliers.

Henri Wanzet Linguissara s’était en effet rapproché de l’ancien numéro un de Wagner à Bangui, Valeri Zakharov, alors que celui-ci était également conseiller de Faustin-Archange Touadéra pour la sécurité. Si Zakharov a quitté la Centrafrique depuis quasiment une année, l’ancien ministre s’entretient désormais régulièrement avec le nouveau patron de Wagner en terre centrafricaine, Vitali Perfilev. Il fournit aujourd’hui des informations essentielles aux mercenaires russes en utilisant les services de renseignements centrafricains.

Réseau d’informateurs

Henri Wanzet Linguissara dispose également d’un vaste réseau d’informateurs au sein de plusieurs groupes armés rebelles. Un entregent qui a été particulièrement utile à Wagner depuis son arrivée dans le pays en 2017. L’ancien gendarme a ainsi été l’un des acteurs majeurs de la défense de Bangui lors de l’offensive, en décembre 2020 et janvier 2021, de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC, alliance de groupes armés).

Surtout, le patron des renseignements a pu profiter de sa très bonne relation avec Faustin-Archange Touadéra, qu’il cultive depuis 2012. Nommé directeur général de la police cette même année, il s’était rapproché de l’actuel chef de l’État alors que celui-ci occupait la primature. Henri Wanzet Linguissara est également proche du président de l’Assemblée nationale, Simplice Mathieu Sarandji.

Coordonnateur du Mouvement cœurs unis (MCU, au pouvoir), Sarandji est aujourd’hui l’un des plus fervents soutiens de Henri Wanzet Linguissara. C’est d’ailleurs lui qui avait proposé son nom au chef de l’État pour la Sécurité publique, en remplacement de Jean-Serge Bokassa. L’ancien gendarme, qui n’est cependant pas officiellement membre du MCU, a de nouveau bénéficié de son appui pour prendre les rênes des renseignements.