Scène de liesse à Brazzaville chez des supporters de Denis Sassou Nguesso après sa réelection à la présidence du Congo, le 24 mars 2016. © EDUARDO SOTERAS/AFP.

Cet article est issu du dossier

Congo : du bon usage de la crise

Voir tout le sommaire
Économie

Congo : le port de Brazzaville sort la tête de l’eau

Après des années de contreperformances, le port fluvial de la capitale congolaise retrouve une activité soutenue, un bilan positif, et espère doper son trafic. À condition de développer les connexions avec Kinshasa.

Réservé aux abonnés
Par - Envoyé spécial
Mis à jour le 9 mai 2022 à 17:46

L’un des quais des Terminaux du bassin du Congo (TBC) au port fluvial de Brazzaville, à la fin de 2016. © Julien Clemencot pour JA

« Mal nés », c’est la formule employée chez Bolloré Transport & Logistics (BTL) lorsque l’on parle des Terminaux du bassin du Congo (TBC), installés à Brazzaville et tombés dans le giron du groupe quand celui-ci mettait la main sur Necotrans, en 2017. L’opérateur hérite alors « d’un chantier à ciel ouvert », selon Dzema Ayessa Ndinga, le directeur général adjoint de TBC. Depuis sa nomination, en octobre 2020, ce dernier s’est évertué à remettre le terminal fluvial de la capitale en état de marche et ses comptes d’exploitation dans le vert. C’est désormais chose faite.