Scène de liesse à Brazzaville chez des supporters de Denis Sassou Nguesso après sa réelection à la présidence du Congo, le 24 mars 2016. © EDUARDO SOTERAS/AFP.

Cet article est issu du dossier

Congo : du bon usage de la crise

Voir tout le sommaire
Société

Congo : trois figures libres de Pointe-Noire

À l’occasion du centenaire de la fondation de la capitale économique congolaise, Jeune Afrique retrace le parcours de trois Ponténégrins d’adoption.

Réservé aux abonnés
Par - Envoyé spécial à Pointe-Noire
Mis à jour le 9 mai 2022 à 12:20

Kriss Brochec, à l’occasion d’un « arbre de Noël » organisé par son association pour les enfants du quartier de Mpaka, à Pointe-Noire. © DR

Mambou Aimée Gnali, femme libérée

Passer un moment à discuter avec Mambou Aimée Gnali, dans la fraîcheur de son jardin fleuri, reste un privilège. En écoutant cette grande dame de 87 ans dérouler le fil de sa vie et égrener ses souvenirs dans le détail, on a l’impression de tourner les pages d’un volumineux livre consacré à l’histoire de Pointe-Noire et du Congo.

Le cheveu blanc se fait clairsemé au sommet du crâne, la main noueuse ne lâche pas la canne mais ses grands yeux pétillent de malice à mesure qu’elle se raconte. Et la mémoire lui fait rarement défaut – hormis quelques dates fort lointaines. Pourtant, sa vie a été particulièrement bien remplie.

Mambou Aimée Gnali© Olivier Caslin pour JA Mambou Aimée Gnali
© Olivier Caslin pour JA

Mambou Aimée Gnali© Olivier Caslin pour JA Mambou Aimée Gnali © Olivier Caslin pour JA

Née à Brazzaville, Mambou Aimée Gnali a grandi à Pointe-Noire. Ce n’est donc pas un hasard si elle commence son récit en évoquant les heures passées au bord de la ligne du Chemin de fer Congo-Océan (CFCO), terminée quelques mois