Politique

Centrafrique-Russie : qui est Vitali Perfilev, le patron de Wagner à Bangui ?

Conseiller à la sécurité de Faustin-Archange Touadéra et chef militaire du groupe de mercenaires à Bangui, le Russe y est omniprésent. Portrait d’un homme que vous ne devriez pas connaître.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 4 avril 2022 à 14:54

Un membre de la protection rapprochée de Touadéra, de la société russe Sewa Security, à Berengo, en Centrafrique, le 4 août 2018. © FLORENT VERGNES/AFP.

Vitali Perfilev est longtemps resté dans l’ombre. À Bangui, certains se souviennent de lui dès le milieu de 2019. Il n’est alors qu’un mercenaire parmi d’autres, l’un des chefs du groupe Wagner en Centrafrique, partageant son temps entre Bangui et Berengo, l’ancienne résidence impériale où les Russes ont installé leur base de commandement et d’entraînement. Mais Perfilev agit sous le couvert d’un autre homme, plus en vue : Valeri Zakharov, qui est alors conseiller du président Faustin-Archange Touadéra en matière de sécurité.

Depuis, Vitali Perfilev a pris du galon. Pendant que Zakharov a peu à peu pris ses distances avec Bangui, lui y est monté en grade, devenant le bras-droit pour la Centrafrique de Dmitri Utkin, chef opérationnel de Wagner. En décembre 2020, alors que les groupes armés du pays sont passés à l’offensive, il est notamment le principal ordonnateur militaire de la défense de Bangui, puis de la contre-attaque russo-centrafricaine visant à désenclaver la capitale. Selon nos informations, il est aujourd’hui officiellement conseiller de Faustin-Archange Touadéra, comme Zakharov avant lui.

Ancien de la Légion étrangère française

Né en Russie, Vitali Perfilev a effectué une partie de sa carrière au sein de la Légion étrangère française, un passé qui ne manque pas de gêner Paris – rival de Moscou – aux entournures. Il est ensuite rentré à Saint-Pétersbourg, avant de s’engager au sein de Wagner (comme nombre d’anciens soldats originaires de cette ville, qui est le fief du financier du groupe de mercenaires, l’oligarque et proche de Vladimir Poutine, Evgueni Prigojine).

Selon l’un de ses proches à Bangui, l’ancien légionnaire a, entre autres, combattu pour Wagner en Syrie, avant de débarquer en Centrafrique. Dès 2015, soit deux ans environ avant de commencer son déploiement en Centrafrique, le groupe de mercenaires a notamment défendu sur le sol syrien des sites pétroliers et combattu en soutien des troupes de Bachar al-Assad. Un accord secret permettait à leurs sociétés-sœurs d’y obtenir 25 % des bénéfices des puits de pétrole repris à l’État islamique.

En Centrafrique, Vitali Perfilev ne passe pas inaperçu. Ce « grand blond bien bâti », aux dires d’une de ses connaissances, circule souvent seul au volant d’un pick-up V8 blindé dont le modèle est aisément reconnaissable. Âgé d’environ cinquante ans, le Russe aime fréquenter la terrasse qui jouxte la piscine de l’hôtel Ledger, et apprécie les ambiances (et les bouteilles de vin) de la brasserie Le Kiss, du restaurant Cuisine A ou encore du M, un autre établissement prisé de la haute société banguissoise. Habillé en civil, il y invite régulièrement ses amis centrafricains.

L’homme de Touadéra et de son cercle

Parmi ses contacts privilégiés figurent certaines des personnalités les plus influentes de l’entourage de Faustin-Archange Touadéra. Le ministre de la Défense et neveu du chef de l’État, Jean-Claude Rameaux Bireau, en fait partie, ainsi que l’ancien ministre Henri Wanzet-Linguissara, aujourd’hui patron des renseignements. Les ministres Pascal Bida Koyagbélé (grand habitué du M) et Hassan Bouba figurent également dans le haut de son carnet d’adresses, tout comme le premier vice-président de l’Assemblée nationale et porte-parole du Mouvement cœurs unis (MCU, au pouvoir), Evariste Ngamana.

Perfilev obtient sans peine des tête-à-tête avec le président Touadéra

Surtout, Vitali Perfilev entretient un contact direct avec le président lui-même. Selon nos sources, l’ancien de la Légion étrangère s’entretient souvent (et à toute heure) au téléphone avec Faustin-Archange Touadéra, qui l’interroge régulièrement sur l’avancée de telle ou telle opération de terrain. Le Russe se rend aussi régulièrement au palais présidentiel, où il ne s’embarrasse guère du protocole pour obtenir un tête-à-tête avec le chef de l’État.

Perfilev dispose pour cela d’un cabinet non loin de la présidence, le même qui avait été mis à disposition de Valeri Zakharov. Ce discret espace de travail est situé à deux pas des services du cadastre de la Ville et du ministère de l’Habitat, dont il partage le parking. Selon un visiteur récent, Vitali Perfilev y dispose d’un bureau et d’un salon d’un peu moins de 20 m², peint en jaune et équipé de canapés en cuir de couleur noir.

Empoisonnement et paralysie

Décrit comme un « bon vivant », le patron de Wagner à Bangui souffrirait toutefois de problèmes de santé réguliers. Une rumeur a d’ailleurs récemment fait état d’une paralysie des jambes et d’une évacuation sanitaire, à laquelle la presse prorusse centrafricaine a rattaché une prétendue tentative d’empoisonnement par les services de renseignement français. Alertés de ce qu’ils considèrent comme une « opération » d’intoxication, les intéressés ont souri mais ne se sont pas donné la peine de démentir.

L’action du groupe Wagner a fait l’objet de discrètes critiques ces derniers mois au sein de l’appareil diplomatique russe

Selon nos sources, le sujet du vrai-faux empoisonnement a été abordé entre les ambassades de Russie et de France en Centrafrique, la diplomatie russe se désolidarisant des accusations. Une nouvelle théorie circule d’ailleurs à Bangui sur l’origine des ennuis de l’ancien légionnaire, l’attribuant cette fois à un règlement de comptes entre Russes pro et anti-Wagner. L’action du groupe a effectivement fait l’objet de discrètes critiques ces derniers mois au sein de l’appareil diplomatique russe, retardant notamment l’arrivée du nouvel ambassadeur, Alexandre Bikantov.

Est-ce l’effet de l’implication, très médiatisée, de Wagner au Mali puis en Ukraine ? Ces dernières semaines, des ajustements d’hommes et de matériel ont été opérés depuis la Centrafrique, d’où des hélicoptères et des combattants ont notamment été réaffectés, sans que l’on puisse savoir avec certitude s’ils l’étaient à destination du théâtre malien ou de la région de Kiev. À Bangui, certaines personnalités politiques et diplomatiques, critiques de Vitali Perfilev et de ses hommes, plaident discrètement pour un réajustement de la relation avec la Russie.