Politique

RDC : contre Kalumba Yuma, motion de défiance ou « motion alimentaire » ?

Le ministre congolais de l’Économie est soumis à un feu roulant de critiques de la part de députés qui lui attribuent une large part de responsabilité dans la hausse des prix des biens de première nécessité.

Mis à jour le 28 mars 2022 à 18:40
Kash

Par Kash

Caricaturiste, bédéiste et peintre congolais installé à Kinshasa.

© Kash

Qu’importe si l’inflation galopante est un phénomène qui touche, à des degrés divers, l’ensemble des pays du continent et même au-delà. Pour une partie des députés congolais, la flambée des prix observée sur les marchés du pays a un responsable principal : Jean-Marie Kalumba Yuma, le ministre de l’Économie.

Eliezer Ntambwe, député élu à Lukunga, dans la ville de Kinshasa, a lancé la charge en initiant le 22 mars une motion de défiance à l’encontre du ministre à qui il reproche, notamment, la gestion du dossier des quotas de pêche de chinchards obtenus par la RDC auprès de la Namibie. « C’est le ministre de l’Économie nationale qui se charge normalement de réglementer les prix, mais aujourd’hui que ça soit le carburant, les articles de première nécessité, tout est à la hausse, il ne contrôle pas les prix », a renchéri Crispin Mbindule, élu de Butembo, dans la province du Nord-Kivu.

L’examen de la motion de défiance qui aurait dû être effectué ce 28 mars a été repoussé au 30 mars. D’ici là, les députés frondeurs fourbissent leurs argumentaires et préviennent le ministre qu’il doit « préparer sa défense ».

« Déstabiliser les institutions »

Du côté de l’Union sacrée, l’hétéroclite majorité présidentielle à l’Assemblée, les responsables des principaux partis tentent, en coulisse, de convaincre leurs troupes de ne pas voter en faveur de la motion. Dans une déclaration publique diffusée le 22 mars, des porte-paroles des députés de l’Union sacrée ont pointé un doigt accusateur en direction des partisans de Moïse Katumbi, qu’ils estiment vouloir « donner l’apparence d’être avec le président Félix Tshisekedi, mais refuse de partager son bilan ».

Face à Crispin Mbindule qui affirme avoir recueilli 70 signatures en faveur de la motion de défiance à l’encontre de Kalumba, ils affirment que « certains de nos députés nationaux sont payés par ce camp pour déstabiliser les institutions de la RDC ». Et les députés de l’Union sacrée de qualifier cette motion de défiance de « motion alimentaire »… À n’en pas douter, l’atmosphère promet d’être tendue dans l’hémicycle à l’heure du vote.