Économie

RDC : duel entre ministres sur le projet Air Congo

Face à Félix Tshisekedi, le ministre des Transports, Chérubin Okende, et le chef du gouvernement, Sama Lukonde Kyenge, défendent deux visions différentes quant au futur de Congo Airways.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 28 mars 2022 à 15:20

Le Premier ministre Sama Lukonde Kyenge, le 20 mars 2022. © PRIMATURE RDC

Air Congo, la nouvelle compagnie aérienne domestique annoncée en grandes pompes en octobre 2021 par le ministre congolais des Transports, Chérubin Okende, pour « le deuxième trimestre 2022 au plus tard », n’a toujours pas vu le jour. Selon les informations de Jeune Afrique, ce délai vient d’une divergence au sein même du gouvernement, qui plombe le dossier depuis plusieurs mois.

Félix Tshisekedi en arbitre

Ethiopian Airlines devait prendre 49 % des parts d’Air Congo aux côtés de l’État congolais, pour un capital de départ de 20 millions de dollars, et mettre au moins sept avions à disposition de la nouvelle compagnie. Mais le Premier ministre, Sama Lukonde Kyenge, souhaite dans un premier temps rediriger cette proposition de partenariat vers Congo Airways.

À Lire RDC : quel bilan tirer des « cent jours » de Sama Lukonde Kyenge ?

La compagnie nationale avait signé, en septembre 2021, un accord de leasing avec Kenya Airways pour six mois renouvelables portant sur deux Embraer E190. Mais ce contrat n’a pas été prolongé au-delà de la première échéance, le 15 mars. Les deux entreprises ne sont désormais plus liées que par un partenariat sur le fret et Congo Airways se contente actuellement d’un A320 pour desservir Goma, Lubumbashi et Kindu depuis Kinshasa.

Selon nos informations, Congo Airways est dans une situation financière difficile, avec un très lourd passif et les échecs de ses précédents partenariats ne favorisent pas la conclusion de nouveaux accords. Si le constat est partagé par les deux camps, la primature craint qu’une nouvelle compagnie créée à la hâte ne rencontre les mêmes écueils. Félix Tshisekedi sera amené à trancher « dans les prochaines semaines » entre les deux stratégies proposées par ses ministres.