Politique

Chasse au trésor de Kadhafi, la suite

| Par Jeune Afrique
Nombre d'actifs sont présents dans des établissements bancaires.

Nombre d'actifs sont présents dans des établissements bancaires. © Witt/Sipa

La récupération des biens du clan Kadhafi par la Libye n’est pas aisée. Certaines sociétés qui se disent mandatées par Tripoli pour récupérer les sommes ne le sont pas toujours…

La course à l’identification et au rapatriement des avoirs de Mouammar Kadhafi continue d’attiser les convoitises en raison de la prime de 10 % promise par les autorités libyennes.

En Afrique du Sud, où les biens du clan Kadhafi sont estimés à 1 milliard de dollars, une mystérieuse société, Poviwize, représentée par un certain Johannes Jacobus Verster, s’est dite mandatée par Tripoli « pour identifier, sécuriser et récupérer les avoirs cachés ».

Sur le protocole d’accord de 30 pages daté du 8 février 2014 figurent les signatures de Verster et de trois membres du Conseil national libyen chargés de la récupération des biens.

Problème : selon Tripoli, ce document serait un faux. En outre, le patron de Poviwize a déjà eu maille à partir avec la justice de son pays.

>> Lire aussi : Chasse au trésor post-Kadhafi (juillet 2013)

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte