Technologie
Notre palmarès se découpe en trois parties : les leaders de l’industrie, les investisseurs et les lanceurs de tendance. © Montage JA.

Cet article est issu du dossier

Exclusif JA – Tech 2022 : les 50 champions d’un secteur en pleine expansion

Voir tout le sommaire
Économie

Mobile money : Coura Sène (Wave), une Dakaroise au sommet de la vague

Ingénieure formée en France, la directrice régionale de la start-up américaine pour la zone Uemoa incarne la réussite du Sénégal sur la scène tech panafricaine.

Mis à jour le 1 juillet 2022 à 11:28

Coura Carine Sène, directrice régionale de Wave pour l’espace de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa). Montage : JA © Wave.

Dans ce dossier

Exclusif JA – Tech 2022 : les 50 champions d’un secteur en pleine expansion

À 45 ans, elle se décrit comme timide, mais gère pourtant son exposition médiatique avec beaucoup de maîtrise. Coura Carine Sène, directrice régionale de Wave pour l’espace de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (Uemoa), est devenue, malgré elle, l’incarnation d’un Sénégal qui gagne, petit à petit, ses lettres de noblesse au sein de la tech panafricaine depuis que l’entreprise qu’elle dirige dans quatre pays a levé 200 millions de dollars lors d’un premier tour de table en septembre 2021.

À Lire Wave Mobile Money : les secrets d’une déferlante ouest-africaine

« J’ai surmonté ce handicap lorsque je suis arrivée en France pour étudier après le bac, explique l’intéressée à Jeune Afrique. Je n’étais plus dans le cocon familial, j’ai donc dû m’ouvrir aux autres. » Sur le campus de Polytech Lille, la future ingénieure en génie informatique et statistiques se donne du courage en s’inspirant de son principal modèle : Hélène Tine, sa mère. Cette ex-militante de l’Alliance des forces de progrès (AFP), le parti de Moustapha Niasse, et ancienne députée, a concouru au début de 2022 pour la mairie de Thiès sous l’étiquette de la coalition Wallu Sénégal. « C’est une femme forte, fille de paysan, sérère, chrétienne, qui a fait son chemin dans le milieu masculin de la politique jusqu’à devenir porte-parole de son parti, sans jamais céder à la facilité », confie la manageuse.

Double culture

Femme ingénieure noire dans un monde d’hommes blancs, Coura Sène est, elle, parvenue à se faire une place dans l’informatique en France, malgré une condition « au carrefour de beaucoup de minorités », pour reprendre les mots prononcés il y a une dizaine d’années par la scientifique sénégalaise Rose Dieng-Kuntz – une autre de ses modèles, pionnière du web et de l’intelligence artificielle.

À Lire De plus en plus d’Africains intègrent Polytechnique

Neuf années passées à participer à la digitalisation du groupe d’assurance SMA, entre 2003 et 2012, forgent ses connaissances de l’entreprise et du management. Neuf années durant lesquelles elle obtient la nationalité française et donne naissance à trois enfants, avec un mari, lui aussi sénégalais, au parcours académique et professionnel similaire.

Comment se rendre plus utile à l’Afrique ?

La vie de cette lectrice boulimique – bien qu’elle reconnaisse ne plus avoir le temps de s’y consacrer réellement – semble alors installée sur des rails immuables : une famille, un bon salaire, un domicile au Plessis-Robinson (une banlieue tranquille aux abords de Paris), un travail dans le 15e arrondissent auquel elle se rend en voiture… Pourtant, les doutes naissent à mesure que sa progéniture grandit. Que peut-elle transmettre à ses enfants de son pays natal ? Trouveront-ils vraiment leur place en France sans avoir vraiment conscience de leur double culture ? Comment peut-elle se rendre plus utile à l’Afrique ?

Aux sources du mobile money

En 2013, elle convainc sa famille de rentrer à Dakar. « Coura est une femme très honnête, fiable et dynamique », indique Sébastien Vetter. Ce Français installé à Dakar a connu la dirigeante en 2015 lorsqu’elle travaillait pour Aviso Consulting, le cabinet de conseil qu’il a créé avant de fonder Wizall, une plateforme de mobile money tournée vers des clients professionnels et institutionnels.

Rares sont ceux dans la région à disposer d’une connaissance aussi complète du secteur

En tant que consultante, l’ex-élève du cours Sainte-Marie de Hann développe une expertise sur le mobile money, activité encore récente à cette époque. Elle s’initie au secteur en accompagnant le lancement de Wizall au Sénégal. Pour le compte d’Orange, elle constitue ensuite les dossiers réglementaires permettant l’octroi de licences dans les différents pays de l’Uemoa. Puis elle rejoint Omar Cissé, qu’elle aide à définir le premier modèle d’affaires de l’agrégateur de solution de paiement InTouch.

À Lire Mobile money : l’Afrique aiguise toujours plus l’appétit des investisseurs

« Cela nécessitait d’intégrer des compétences financières, d’analyse des risques, de compréhension des produits et des activités opérationnelles », se souvient Sébastien Vetter, qui précise que rares sont les personnes en Afrique de l’Ouest à disposer d’une connaissance aussi complète de l’environnement sur plusieurs pays.

Féministe revendiquée

Cette aisance particulière, couplée à une expérience opérationnelle de neuf mois très intenses chez InTouch sont les deux atouts que la dirigeante franco-sénégalaise apporte à la start-up américaine fondée par Drew Durbin et Lincoln Quirk.

Coura est une personne honnête, pieuse et impliquée

« Les Américains nous donnent carte blanche. En réalité, ils sont très en retrait de l’opérationnel et se concentrent sur le produit en prenant en compte nos recommandations », explique Coura Sène. C’est cette écoute et ce désir de comprendre les usages sur le terrain qui l’ont d’ailleurs convaincue de rejoindre la marque au pingouin sur fond bleu.

À Lire Orange face à Wave : entre Alioune Ndiaye et Coura Carine Sène, duel en place publique

Avec Wave, cette féministe revendiquée bénéficie aussi d’une confiance qui lui permet de constituer autour d’elle une équipe très féminine, composée notamment de Stéphanie Sarr, directrice du produit et ancienne consultante d’Aviso. Et lorsque la start-up est attaquée, comme récemment par Alioune Ndiaye, directeur général d’Orange Afrique et Moyen-Orient, qui accuse Wave d’avoir détruit 20 000 emplois au Sénégal, c’est Coura Sène qui monte au créneau pour défendre son bilan.

Une rêveuse ancrée dans le monde

« Coura est une personne honnête, pieuse et impliquée, insiste Omar Cissé. Piloter l’opérationnel d’InTouch lui prenait ses samedis, ses dimanches et ses soirées, car ce poste est lourd et nécessite de gérer une grosse équipe. Nous lui en avons d’ailleurs trop demandé, ce qui l’a amenée à partir », reconnaît le dirigeant, qui garde néanmoins de très bons contacts avec son ancienne collaboratrice, qui lui a permis, il y a peu de temps, d’intégrer Wave aux solutions de paiement qu’il agrège pour le compte des stations-service Total.

J’admire les écrivains parce qu’ils ont la liberté d’être hors du monde

Partie d’InTouch pour éviter un éventuel surmenage, la dirigeante n’en est pas moins occupée chez Wave. Coura Sène passe ses rares moments de calme à jouer à des jeux de sociétés avec ses adolescents et, en bonne introvertie, à rêver. Comme un fantasme, le désir d’écrire trotte dans la tête de cette admiratrice de Fatou Diome.

« J’envie les écrivains parce qu’ils ont la liberté d’être hors du monde », veut-elle croire. Pour l’heure, celle qui se ravit de « voir l’océan tous les jours » assure demeurer ancrée dans le monde, même si la vague sur laquelle elle surfe ne cesse de grandir.