Politique

Khaled Daoud : « Sissi est le produit du système Moubarak »

Abdel Fattah al-Sissi, l'ex-chef de l'armée égyptienne. © AFP

Khaled Daoud est correspondant à Washington pour l'hebdo­madaire Al-Ahram Weekly quand les révolutionnaires prennent Al-Tahrir, en janvier 2011. Rentré à sa rédaction du Caire, il s'engage en politique et devient porte-parole du Doustour, parti fondé par Mohamed el-Baradei. Également porte-parole du Front du salut national, la coalition de l'ancienne opposition aux Frères musulmans, il est poignardé en octobre 2013 par des militants islamistes. Ayant, dès août 2013, émis des critiques contre le régime qui a succédé aux Frères, Daoud, auparavant très consulté par les télévisions, n'est plus sollicité.

Jeune afrique : Quel est le climat politique à la veille des élections ?

Khaled Daoud : Il ne s’agira pas d’élections parfaites. Mais avec l’épisode dramatique des Frères, à qui le peuple avait donné une chance, les choses ont pris un tout autre tour. En outre, si nous avons pensé qu’en renversant Moubarak le plus dur avait été fait, nous réalisons aujourd’hui que cet individu n’était qu’une partie d’un système qui a trente ans d’inertie. Et voilà que le candidat Sissi avoue de lui-même mettre les libertés au second plan

Pourtant, l’opinion ne lui est-elle pas en grande partie acquise ?

Après trois années de chaos, de crise et de violence, le peuple est sensible à son discours sur le retour de l’ordre. Mais nous estimons que la crise est justement due au manque de démocratie, personne n’ayant à rendre de comptes sur le délabrement de l’économie. Et comment voulez-vous que certains opposants interdits de manifester ne se radicalisent pas, qu’ils soient Frères ou révolutionnaires ? Je remarque enfin qu’il y a dans ses mots des similitudes inquiétantes avec ceux de Moubarak, lorsqu’il se présente en sauveur du pays face au chaos, en militaire apte à convaincre l’armée de bien défendre la nation. Et comme les Frères prétendaient que ceux qui n’étaient pas d’accord avec eux voulaient le retour de l’ancien régime, Sissi accuse tout esprit critique à son égard de vouloir détruire la nation.

Voyez-vous alors Sissi toujours en place dans trente ans ?

Je ne le pense pas. L’espoir démocratique incarné par Sabahi perdure, et la jeune génération, qui est plus consciente de ses droits que sous l’ancien régime, ne se laissera pas faire. Il sera difficile pour Sissi de tromper des millions d’Égyptiens, comme Moubarak a pu le faire, et la tenue même de ces élections, bien qu’imparfaites, reste le signe qu’un nouvel ordre se met en place. Il me reste une étincelle d’optimisme, ce n’est pas la fin de l’histoire.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte