Politique

Guinée : pourquoi l’ancien ministre Ibrahima Khalil Kaba et le médecin personnel d’Alpha Condé ont été arrêtés

L’ex-chef de la diplomatie guinéenne et le docteur Mbemba Kaba sont détenus depuis plusieurs jours par les autorités de Conakry. Une interpellation qui intervient alors qu’un audio d’Alpha Condé a fuité, accentuant la guerre de succession au sein de son parti.

Réservé aux abonnés
Par - à Conakry
Mis à jour le 24 mars 2022 à 15:56

Ibrahima Khalil Kaba a été le chef de la diplomatie guinéenne. © Youri Lenquette pour JA

Il était environ 23 heures, lundi 21 mars, quand Ibrahima Khalil Kaba a reçu un coup de fil du haut commandant de la gendarmerie nationale, Balla Samoura, l’invitant à se présenter à son bureau. Depuis, sa famille n’a plus revu l’ancien chef de la diplomatie guinéenne.

« Balla Samoura lui a simplement demandé de venir le voir, sans invoquer de motif. Depuis, Ibrahima Khalil Kaba est séquestré au sein du haut commandement de la gendarmerie, sans qu’aucun membre de sa famille puisse le voir. Il n’a même pas pu s’entretenir avec ses avocats, qui ont été refoulés. Il a passé au moins 24 heures sans manger, dormir ni boire et a été soumis à un interrogatoire agressif aux allures d’extorsion d’aveux », explique à Jeune Afrique une source familiale qui souhaite rester anonyme.

La veille de la convocation d’Ibrahima Khalil Kaba, c’est le médecin personnel d’Alpha Condé, Mbemba Kaba, qui avait été interpellé. Parti aux Émirats arabes unis avec l’ancien président, qui y reçoit des soins depuis le 17 janvier, il venait de rentrer d’urgence à Conakry pour se rendre au chevet de sa femme malade, selon nos informations.

Ces deux proches de l’ex-chef de l’État ont depuis été interrogés par des officiers de police judiciaire, sur ordre du colonel Balla Samoura. Selon un communiqué officiel lu à la télévision publique le 23 mars, on leur reproche une « atteinte à la vie privée » d’Alpha Condé ainsi que de « traitements non autorisés de données personnelles ». Les deux hommes doivent prochainement être présentés au procureur près le tribunal de première instance de Dixinn.

Audio de quatre minutes

En cause, un fichier audio d’une durée de près de quatre minutes, diffusé sur les réseaux sociaux mi-mars. On y entend l’ancien président donner des consignes sur la gestion de sa formation – depuis la chute de son chef, le 5 septembre, le Rassemblement du peuple de Guinée (RPG Arc-en-ciel) est en proie à une guerre de succession sans merci.

« On va avoir des crises partout. Il faut que le parti soit en ordre de bataille parce qu’en Guinée, ça va aller très mal. Ce sera difficile dans tous les pays, mais particulièrement en Guinée, parce qu’il n’y a pas d’argent », pronostique Alpha Condé.

Évoquant la crise qui mine sa formation, il esquisse des pistes de solutions privilégiant l’unité : « Pour éviter la division, il faut nous réunir. Il faut une gestion collégiale qui rassemble Khalil, Damaro, Kassory… Les jeunes qui soutiennent Khalil doivent pouvoir s’y retrouver. »

Les proches d’Ibrahima Khalil Kaba et du docteur Mbemba Kaba assurent que l’enregistrement a été effectué avec « le consentement » d’Alpha Condé, qui désirait appeler ses militants à l’unité. Il se serait ainsi fait enregistrer par son médecin, qui aurait ensuite envoyé le fichier à l’ancien chef de gouvernement Ibrahima Kassory Fofana, via l’un de ses proches, et à l’ancien ministre des Affaires étrangères, chacun étant dans l’un des deux camps qui se disputent la tête de l’ancien parti au pouvoir.

Guerre de succession

« On cherche à affaiblir Khalil, parce qu’on sait qu’il est le dauphin choisi par Alpha Condé », s’agace un proche de l’ancien chef de la diplomatie. Avant cet audio, une vidéo montrant Alpha Condé le jour de ses 84 ans (célébrés le 4 mars) et un document manuscrit s’étaient déjà retrouvés sur la place publique. « Pourquoi n’y a-t-il pas eu d’enquête sur ces documents, tous enregistrés à Abou Dhabi ? L’affaire de l’audio n’est finalement qu’une fuite de plus », rappelle la même source, qui a requis l’anonymat.

Le document manuscrit intitulé « Conseil exécutif provisoire » dresse une liste de personnes désignées par l’ancien président pour gérer temporairement le RPG Arc-en-ciel. Kassory Fofana s’est proclamé président de la nouvelle structure. Malgré la contestation d’une frange importante des militants du parti, le camp de l’ancien Premier ministre projette d’organiser une convention le 31 mars pour « valider les décisions relatives au bon fonctionnement et à la mise en place d’un Conseil exécutif provisoire. À sa tête, Ibrahima Kassory Fofana, avec la bénédiction du professeur Alpha Condé, père fondateur du parti », a annoncé la porte-parole de la formation, Domani Doré, ce mercredi 23 mars.

« Nous avons appris avec inquiétude l’interpellation de l’un des nôtres, en l’occurrence l’ancien ministre Ibrahima Khalil Kaba, a par ailleurs réagi Domani Doré. Le RPG Arc-en-ciel souhaite qu’il jouisse de la plénitude de ses droits. Le [parti] tient à préciser que l’audio en question n’a jamais fait l’objet de partages, ni de discussions au sein des instances [de la formation]. » L’ancienne députée n’a toutefois pas manqué de regretter qu’« une conversation privée du président Alpha Condé soit mise sur la place publique ».

Il y a clairement une connivence entre la junte et le clan Kassory en vue d’éliminer Khalil

À travers le haut commandement de la gendarmerie nationale, la junte s’invite ainsi dans une bataille interne au sein de l’ancien parti au pouvoir et s’attire les foudres de certains militants. Ces derniers accusent le Comité national de rassemblement pour le développement (CNRD) de rouler pour Kassory Fofana, un homme donné proche de Balla Samoura. Son rival, Ibrahima Khalil Kaba, est au contraire situé du côté du général Ibrahima Baldé, ancien haut commandant de la gendarmerie nationale dont les relations avec son successeur, Balla Samoura, sont chaotiques. « Il y a clairement une connivence entre la junte et le clan Kassory en vue d’éliminer Khalil. Pourquoi une telle célérité ? Pourquoi vouloir lui extorquer des aveux ? » s’interroge un proche d’Ibrahima Khalil Kaba. Balla Samoura n’a pour le moment pas réagi aux sollicitations de Jeune Afrique.

Des tensions politiques que le séjour prolongé d’Alpha Condé à Abou Dhabi n’atténue pas. Va-t-il rester aux Émirats, rentrer en Guinée ou se rendre dans un autre pays (certains évoquent La Havane) ? Les allégations vont bon train.