Politique

Cameroun : 25 personnes condamnées pour avoir tenté d’assassiner Teodoro Obiang Nguema Mbasogo

Le tribunal militaire de Yaoundé leur a infligé des peines de 30 à 35 ans de prison pour avoir participé, en 2017, à une tentative d’assassinat du président équato-guinéen.

Par
Mis à jour le 22 mars 2022 à 07:38

Le président Obiang en visite à Tunis, le 27 février 2018. Equatorial Guinea’s President Teodoro Obiang speaks during a joint press conference with Tunisian President Beji Caid Essebsi in Carthage Palace in Tunis on February 27,2018. President Teodoro Obiang is on three-day official visit to Tunisia. © Mohamed Hammi/SIPA

La justice camerounaise a finalement rendu son verdict, mi-mars, après quatre années de procédure dans l’affaire du putsch déjoué en Guinée équatoriale. Au total, 25 hommes ont été reconnus coupables notamment de « conspiration d’assassinat, port et détention illégaux d’armes et munitions de guerre ».

Complot

Vingt-sept personnes étaient jugées, mais l’une est décédée entretemps et une autre a été acquittée. Les accusés ont comparu devant le tribunal militaire de Yaoundé, qui s’était transporté pour l’occasion dans la prison d’Ebolowa, dans le Sud, où les accusés sont détenus.

À Lire Putsch déjoué en Guinée équatoriale : enquête sur les dessous de l’« opération Obiang »

En janvier 2018, la Guinée équatoriale avait affirmé avoir déjoué, le 24 décembre 2017, une tentative de « coup d’État » visant à tuer le président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo dans son palais de Koete Mongomo, à une cinquantaine de kilomètres de la frontière camerounaise. Un complot attribué à des Équato-Guinéens mais aussi à des « mercenaires » étrangers qui seraient venus – ou auraient tenté de venir – du Cameroun.

Non coupable

Le 27 décembre 2017, une trentaine d’hommes avaient été arrêtés dans ce pays. Parmi eux, des Équato-Guinéens, des Centrafricains, des Camerounais et des Tchadiens qui ont tous plaidé non coupable. « Leur condamnation est absolument inique, nous n’avons à aucun moment eu la production de preuves irréfutables sur les faits imputés », a commenté leur avocat, Me Emmanuel Simh, qui a fait appel.

Arrestations massives

À 79 ans, dont près de 43 à la tête du pays, le président Obiang détient le record mondial de longévité au pouvoir pour un chef de l’État encore vivant. À la suite de ce coup d’État présumé, des centaines de personnes avaient été arrêtés en Guinée équatoriale. Plus de 130 ont été condamnées – dont la moitié par contumace – à des peines de 3 à 96 ans de prison.

En 2018, Malabo avait reproché aux autres pays africains leur « manque de solidarité » pour démanteler le réseau de « mercenaires » présumés. En juin 2019, 11 Tchadiens avaient été condamnés à N’Djamena à 20 ans de prison pour « mercenariat » et participation au « coup d’État » de 2017 en Guinée équatoriale.