Économie

Poutine, l’Afrique et les « haricots magiques » d’Obama

Il n’est pas sûr que les plus ardents partisans d’une « rupture » avec l’Occident mesurent réellement la vulnérabilité du continent africain. La rhétorique n’est pas une stratégie économique.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 6 avril 2022 à 12:11
Joël Té-Léssia Assoko

Par Joël Té-Léssia Assoko

Joël Té-Léssia Assoko est rédacteur en chef adjoint (économie et finance) de Jeune Afrique.

Rassemblement de soutien à la Russie dans son offensive contre l’Ukraine, à Bangui, la capitale de la République centrafricaine, le 5 mars 2022. © Carol VALADE/AFP

L’isolement économique, financier et culturel dont pâtit la Russie depuis la fin de février en raison des sanctions occidentales illustre les dangers de l’inconscient autarcique si présent dans les discours autonomistes-indépendantistes en Afrique. Presque du jour au lendemain, 144 millions de Russes découvrent à quoi ressemble la vraie vie sans les banques étrangères et le sceau de Mammon, sans les multinationales « exploitatrices et néocoloniales », sans « l’influence impérialiste » du « tout-puissant » dollar.

Blitzkrieg économique

Le reste du monde, et les ménages africains les plus vulnérables en particulier, doivent subir cette nouvelle réalité, entre menaces sur la croissance économique, accélération de l’inflation et risques de pénuries alimentaires. Dans un univers idéal, la « paupérisation instantanée d’une grande économie », selon l’expression de The Economist, et le « blitzkrieg économique » des Occidentaux, dixit Vladimir Poutine, serviraient d’avertissement et marqueraient le « jour du Jugement » pour ceux, nombreux, qui théorisent « la rupture » entre le continent et ses partenaires économiques traditionnels. Les plus ardents autonomistes mesurent-ils réellement la vulnérabilité du continent ?