Économie

Sénégal : bientôt une croissance à deux chiffres ?

Selon le FMI, le pays a retrouvé son dynamisme d’avant la crise et va bénéficier d’un coup de pouce avec la production d’hydrocarbures en 2023.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 21 mars 2022 à 17:23

© Site gazier de Grand-Tortue, au large du Sénégal.

Une croissance qui a « dépassé les attentes » : au terme d’une mission du Fonds monétaire international (FMI) menée du 9 au 15 mars, les experts ont conclu que la croissance du PIB réel du Sénégal est estimée à 6,1% en 2021, soit un point de plus que ce qui était annoncé en janvier, plaçant ainsi l’économie sénégalaise sur une trajectoire de croissance similaire à ce qu’elle était avant la pandémie. L’inflation a pu être contenue autour de 2,2%. Avec la crise du Covid-19, la croissance était à 4,4% en 2019 avant de plonger à 1,5% en 2020.

Gestion exemplaire

Dans sa dernière revue du programme appuyé par l’Instrument de coordination de la politique économique (ICPE) publié le 11 janvier 2022, le FMI saluait déjà la résilience de l’économie du pays malgré la crise sanitaire et ce, grâce à la réponse rapide du gouvernement face à la pandémie.

Pour renforcer sa résilience économique, le Sénégal devra continuer dans sa démarche de réformes structurelles

Dans le cadre de son plan de crise, appelé Force-Covid-19, le gouvernement débloquait alors 64,4 milliards F CFA (104 millions d’euros) pour soutenir le secteur de la santé et mettait en place des mesures d’aide aux ménages les plus fragiles en réglant les factures d’eau, d’électricité et les dépenses alimentaires. Cette gestion a même été saluée à l’international, le Sénégal ayant été classé deuxième – derrière la Nouvelle-Zélande – sur 36 pays dans l’indice de réponse globale au COVID-19 de Foreign Policy.

Même si le Sénégal est sur le point de devenir un pays producteur et exportateur d’hydrocarbures à l’horizon 2023, le FMI estime toutefois que la production du pétrole et du gaz donnera « un coup de fouet temporaire » à la reprise au cours de la période 2023-2024, avec des projections de croissance atteignant 9,5% en 2023 puis 10,3% en 2024.

Réformes structurelles

Pour renforcer cette résilience économique, le FMI note que le Sénégal devra continuer dans sa démarche de réformes structurelles, notamment par la préparation d’un cadre budgétaire régissant l’utilisation des recettes tirées des hydrocarbures, d’une feuille de route pour l’élimination progressive des subventions à l’énergie, par l’amélioration du mécanisme actuel de protection des personnes les plus démunies et enfin, par la mise à jour du cadre juridique des marchés publics afin d’augmenter la fréquence des appels d’offres ouverts et concurrentiels.

La guerre en Ukraine assombrit les perspectives macroéconomiques

Le FMI note cependant que le Sénégal devra relever de nombreux défis en 2022, parmi lesquels la guerre en Ukraine qui assombrit les perspectives macroéconomiques.

« La hausse des prix mondiaux des produits alimentaires et de l’énergie s’ajoute aux défis actuels de la politique économique, y compris les séquelles de la pandémie, l’insécurité régionale et l’augmentation des revendications sociales à l’approche des élections parlementaires de juillet. Tous ces éléments accroissent les risques de ralentissement de la croissance économique et se traduiront probablement par une aggravation des pressions inflationnistes et une augmentation considérable des dépenses publiques », détaille le communiqué de presse.