Politique

Côte d’Ivoire : Drogba, Diabaté, Diallo… Enfin un nouveau président pour la FIF ?

Une nouvelle date pour l’élection du prochain patron du football ivoirien a été fixée au 23 avril pour départager Didier Drogba, Sory Diabaté et Idriss Diallo. Peut-être la fin de mois de conflit dans le monde du ballon rond à Abidjan.

Réservé aux abonnés
Par - à Abidjan
Mis à jour le 18 mars 2022 à 18:25

De gauche à droite, Idriss Diallo, Sory Diabaté et Didier Drogba. © DR / Fédération ivoirienne de football.

C’est un ouf de soulagement qui a été poussé dans le football ivoirien, notamment par la superstar du football ivoirien Didier Drogba. Après des médiations et des négociations, la saga de la course à la présidence de Fédération ivoirienne de football (FIF) semble proche de trouver un dénouement.

Mariam Dao Gabala, la présidente du Comité de normalisation de la Fédération ivoirienne de football (FIF) a annoncé le 16 mars à Abidjan la reprise du processus électoral. Elle convoque une nouvelle assemblée générale des clubs le 5 avril, pour modifier une des dispositions de l’article 47 des nouveaux statuts de la FIF. 

Critiques de la CAF et de la FIFA

Celle-ci était au coeur de la crise : reconduite lors de l’assemblée générale extraordinaire des 25 et 26 février à Abidjan, elle prévoyait que les prétendants à la présidence de la FIF passent par un système de parrainage. En clair, chaque candidat devrait, pour se présenter, recevoir le soutien formel de huit membres actifs de la FIF : trois clubs évoluant en Ligue 1, deux en Ligue 2, deux clubs de Division 3 et un groupement d’intérêts du football.

Les clubs ivoiriens ont fini par accepter les exigences des instances du football international

Ce système datant de 2011 joue en l’occurrence en défaveur de Didier Drogba, qui affronte l’hostilité d’un certain nombre de clubs locaux. Problème : il avait aussi été fortement critiqué par la CAF et la FIFA, qui exigeaient que les clubs ivoiriens se réunissent à nouveau pour modifier cette règle.

Match à trois

D’abord opposés à revenir sur cette nouvelle règle, les clubs ivoiriens ont fini par accepter de se plier en partie aux exigences des instances du football international grâce à une médiation de Jacques Anouma, le président d’honneur à vie de la FIF. Le Comité de normalisation a également œuvré en entamant des discussions avec les doyens des dirigeants de clubs. La CAF et la FIFA ont quant à elles dépêché une délégation à Abidjan ces derniers jours.

Les clubs vont donc se rabattre sur l’article 27 des statuts de la FIFA, qui prévoit 5 parrainages pour les candidats – la FIFA plaidait en l’occurrence pour 4. Une concession qui leur évite de recourir au Tribunal arbitral du sport, une procédure qui renverrait l’élection du patron de la FIF à dans plusieurs mois. « Je suis cette affaire d’élection à la FIF à distance. Que le meilleur gagne », a confié à Jeune Afrique Claude Paulin Danho, le ministre des Sports.

La date des élections pour la présidence de la FIF a été fixée au 23 avril 2022. Cette compétition dans les urnes verra s’affronter trois candidats : Sory Diabaté , le vice-président du comité exécutif sortant, l’homme d’affaires Idriss Diallo et Didier Drogba. Ils devront remporter la majorité des 81 voix de dirigeants de clubs.