Politique

Cameroun : Samuel Eto’o, un homme de réseaux

Du président turc à l’émir du Qatar en passant par le président congolais Félix Tshisekedi, le nouveau président de la Fecafoot entretient un épais carnet d’adresse, qui lui assure des connexions dans le football, la politique et même les milieux économiques.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 4 avril 2022 à 12:05

L’ex-footballeur australien Tim Cahill (à g.), l’athlète qatari Mutaz Essa Barshim (au centre) et l’ancienne star camerounaise du FC Barcelone Samuel Eto’o (à dr.) au stade Al-Thumama de Doha (Qatar), le 22 octobre 2021. © KARIM JAAFAR/AFP.

Il n’y a pas de petites occasions. Du 24 au 26 mars, Samuel Eto’o était l’invité d’honneur des Journées nationales des diasporas (JNDA 2022). L’ex-footballeur devait s’exprimer en clôture de l’événement aux côtés d’autres invités de marque, dont l’ancien Premier ministre béninois Lionel Zinsou et le banquier ivoirien Tidjane Thiam.

Depuis 2013, ces journées sont organisées à Bordeaux par l’ex-adjoint au maire, le juppéiste Pierre de Gaétan Njikam, par ailleurs président du Fonds Pierre Castel, fondé par le patron du groupe du même nom. Ce dernier est aussi l’actionnaire majoritaire de SABC, la filiale camerounaise du groupe, mais également sponsor le plus important dégotté par le nouveau président de la Fédération camerounaise de football. Samuel Eto’o a beau n’avoir jamais joué en France, il s’attache à y travailler ses réseaux.

Proche de plusieurs chefs d’État

À cause de sa relation compliquée avec le président de la Fifa, Gianni Infantino, et avec Patrice Motsepe de la Coupe africaine de football (CAF), c’est depuis la loge de l’entreprise TotalEnergies, aux côtés de Christophe Guilhou, l’ambassadeur de France au Cameroun, que Samuel Eto’o a regardé les matchs de la Coupe d’Afrique des nations (CAN). Ce compagnonnage a suscité des interrogations jusqu’au Palais d’Etoudi.

À Lire Bénin : l’agenda privé de Samuel Eto’o à Cotonou

À l’instar de l’Espagnol Xavi, du Brésilien Cafu, du Français Zinédine Zidane, de l’Anglais David Beckham et de l’Australien Tim Cahill, Samuel Eto’o a été désigné en avril 2019 ambassadeur de la Coupe du monde au Qatar, prévue du 21 novembre au 18 décembre 2022. Le quadruple Ballon d’or africain soigne ses relations avec le Sheikh Tamim Bin Hamad Al Thani et cet entregent lui vaut d’être sollicité, y compris par Kigali. Eto’o a facilité dans l’ombre le partenariat commercial qui lie depuis, le 4 décembre, le Rwanda au club français Paris Saint-Germain, propriété de l’émir du Qatar.

L’ex-attaquant est souvent reçu par le président turc Recep Tayyip Erdogan

En Turquie, où il a joué à l’Antalyaspor Kulübü en fin de carrière, l’ex-attaquant a portes ouvertes au Palais d’Ankara – il est souvent reçu par le président Recep Tayyip Erdogan. Le Turc ne fait pas mystère de son ambition de voir les entreprises de son pays gagner du terrain en Afrique subsaharienne, et les appuis bien placés du footballeur peuvent aider à conclure des contrats.

Enfin, de Dakar à Libreville, en passant par Cotonou et Kinshasa, Eto’o entretient des relations privilégiées avec plusieurs chefs d’État. En RDC, il est d’ailleurs aussi bien introduit auprès de Félix Tshisekedi que de Moïse Katumbi, allié hésitant du chef de l’État qui demeure à la tête du Tout Puissant Mazembe, club de foot emblématique de Lubumbashi.