Économie

Côte d’Ivoire : Bolloré, Bouygues… Les patrons français entre charité et business à Abidjan

Invités à un dîner de gala offert par la première dame Dominique Ouattara, les grands groupes français ont profité de leur présence à Abidjan pour relancer des projets d’envergure. 

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 15 mars 2022 à 17:19

Nicolas Sarkozy, Alassane et Dominique Ouattara, ainsi que Martin Bouygues, le 11 mars à Abidjan. © Facebook de Dominique Ouattara

Le 8ème dîner de gala de Children of Africa, organisé par Dominique Ouattara, s’est tenu le 11 mars au Sofitel Ivoire d’Abidjan. Il a réuni de nombreux VIP et chefs d’entreprises africains ainsi que le gotha des patrons du CAC40, tous généreux donateurs de la fondation de la première dame de Côte d’Ivoire. Cette année, Dominique Ouattara cherchait à rassembler 4 milliards de FCFA (6 millions d’euros) pour financer, notamment, la construction d’un centre d’accueil de femmes et enfants à Adiaké, au sud-est d’Abidjan – un objectif atteint.

Important contributeur de Children of Africa, Vincent Bolloré était le grand absent de cette édition. Dans le cercle présidentiel ivoirien, la cession programmée des actifs de Bolloré au profit de l’armateur italo-suisse Mediterranean Shipping Company (MSC) passe toujours mal.

Sarkozy en coulisses

Le grand patron français s’est fait représenter par son fils Cyrille Bolloré, qui assure la direction générale du groupe, et par Philippe Labonne, à la tête de Bolloré Ports. Il ne se déplace plus personnellement sur le continent depuis 2018. Cette année-là, Vincent Bolloré avait pris part au dîner de gala célébrant les vingt ans de la fondation de la première dame ivoirienne et avait contribué à lever des fonds pour la construction d’un groupe scolaire à Abobo.

Proche ami du couple présidentiel, Martin Bouygues a fait le point, en marge de l’évènement, sur certains projets, comme la construction du métro d’Abidjan, dont le chantier pesant plus de 1,38 milliard d’euros en est encore au stade embryonnaire. Setao, l’une des filiales de Bouygues, réalisera aussi la première phase du chantier de l’extension de l’aéroport international, évaluée à plus de 60 millions d’euros. Foxtrot, une autre de ses filiales, active dans l’offshore ivoirien, compte parmi les sociétés qui approvisionnent les centrales thermiques ivoiriennes en gaz naturel. En décembre 2021, Bouygues Energies & Services a remporté un marché de 12,7 millions d’euros pour les travaux de renforcement et de restructuration du réseau de moyenne tension de Bingerville, près d’Abidjan. Le groupe construira également un poste électrique à Tiassalé (sud).

Pascal de Izaguirre, le PDG de Corsair International, s’est quant à lui rendu le 12 mars à la résidence présidentielle de Cocody Riviera Golf avec Amadou Koné, le ministre ivoirien des Transports, où il a été reçu par Alassane Ouattara. La compagnie aérienne, qui concurrence Air France sur la ligne directe Abidjan-Paris, prévoit de revoir à la hausse la fréquence de ses vols hebdomadaires en passant de quatre ou cinq trajets à sept.

Enfin, d’autres personnalités représentant de grands groupes français ont eux aussi profité de l’occasion pour parler affaires. L’ancien chef de l’État français et ami intime du couple présidentiel Nicolas Sarkozy, qui siège au sein d’Accor Hotels (dont le Qatar est l’un des actionnaires de référence via Katara Hospitality) était notamment présent. La chaîne hôtelière, qui possède le plus grand réseau d’hôtels en propre ou en gestion d’Abidjan, fut l’une des portes d’entrées de Doha en Côte d’Ivoire. Elle y assurera à partir de cette année la gestion d’un Adagio Aparthotel et du nouveau Novotel de Marcory.

De son côté, Georges Serre, ancien ambassadeur de France à Abidjan devenu conseiller Afrique de Rodolphe Saadé, le président de l’armateur marseillais CMA CGM, a profité de sa présence dans la capitale économique pour échanger avec les autorités sur les activités ivoiriennes de l’entreprise.