Économie

Assurances : le leader africain Sanlam repart à la chasse

Renouant avec son niveau de bénéfices d’avant la pandémie, le géant sud-africain des assurances confirme son appétit continental.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 17 mars 2022 à 10:08

Le siège de la compagnie d’assurances au Cap, en Afrique du Sud. © Mike Hutchings/ REUTERS

En 2021, Sanlam s’est donné les moyens de poursuivre son ambition : renforcer son empreinte sur l’ensemble du continent africain. Malgré une envolée de la surmortalité liée au Covid-19 (des sinistres évalués à 4,2 milliards de rands, soit environ 232,4 millions d’euros au 31 décembre), le géant sud-africain a conclu l’année avec de solides performances, « en avance d’un an » par rapport aux projections.

Nous avons créé une réserve spéciale pandémie

Son chiffre d’affaires a atteint 200 milliards de rands l’année dernière (contre 133 milliards en 2020). C’est son plus haut niveau depuis le rachat en 2018 du marocain Saham, son premier rival sur le continent (après ses confrères sud-africains). L’opération avait fait basculer les revenus du colosse de Cape Town solidement au-dessus de la barre des 100 milliards de rands, qu’il lui arrivait de frôler seulement par intermittence auparavant. Ainsi, avec un bénéfice de 11,35 milliards de rands (628 millions d’euros au 31 décembre), le numéro 1 africain des assurances retrouve sa forme d’avant la crise du Covid-19, qui avait fait baisser cet indicateur à seulement 1,4 milliards de rands. Les actionnaires peuvent être d’autant plus satisfaits que le résultat net part du groupe est de 9,47 milliards de rands, soit 13 fois celui de 2020.

Refonte de la politique de prix et des réserves

Énumérant les principaux indicateurs qui ont contribué à ces résultats, Paul Hanratty, le DG du groupe depuis 2020, a détaillé les raisons d’une telle performance le 11 mars. Après une année 2020 difficile pour l’activité de l’assureur en raison des mesures strictes de confinement en vigueur, « le groupe s’est attelé à restaurer le niveau de résultats opérationnels à leur niveau pré-pandémie en 2021 », a-t-il annoncé lors d’une présentation aux investisseurs.