Politique

Côte d’Ivoire : les bons conseils de Jacques Anouma à Didier Drogba

Pour relancer le processus électoral à la Fédération ivoirienne de football (FIF), secouée par de nombreux rebondissements, son ancien patron mène une médiation entre les candidats. Il a répondu aux plaintes de l’ancien attaquant de Chelsea.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 14 mars 2022 à 17:52

Jacques Anouma conseille Didier Drogba, candidat à la présidence de la FIF. © Montage JA : Issouf SANOGO / AFP ; Fabrice Coffrini/Pool via REUTERS

Selon nos informations, Jacques Anouma s’est entretenu le 11 mars avec Didier Drogba, candidat à la présidence de la FIF, afin de discuter de ses ambitions. Dans les années 2000, c’est sous le mandat du premier à la tête de la fédération que le second avait rejoint la sélection nationale. Alors que l’ancien joueur de Chelsea accuse plusieurs clubs de vouloir le freiner en adoptant des règles trop contraignantes pour se porter candidat, le conseiller du patron de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, lui a suggéré de cesser de se victimiser.

Accord des candidats

À l’issue de l’Assemblée générale des 25 et 26 février, d’anciennes règles ont en effet été rétablies. Un candidat doit désormais recevoir le soutien formel de huit membres actifs de la FIF : trois clubs évoluant en Ligue 1, deux en Ligue 2, deux clubs de Division 3 et un groupement d’intérêts du football. L’ancien patron de la fédération a expliqué à Didier Drogba que cela n’était pas dirigé contre lui puisqu’il s’agit du même dispositif que celui qui lui avait permis de se faire élire à la tête de la FIF en 2002, tout comme son successeur Sidy Diallo, en septembre 2011.

Reste que ce rétablissement a mené à un enlisement du processus électoral, puis à une suspension décidée par le comité de normalisation sous l’impulsion de la CAF et de la FIFA. Ces deux instances ont alors demandé la tenue d’une nouvelle assemblée générale afin de réintroduire la version précédente des textes.

C’est pour tenter de débloquer la situation que Jacques Anouma mène actuellement une méditation entre les candidats. Il a obtenu un accord de Sory Diabaté, en lice lui aussi pour la tête de la FIF et surtout membre du comité exécutif sortant, pour introduire un système de quatre parrainages sans catégorisation, comme le souhaite la CAF et la FIFA. Lui aussi candidat, Idriss Diallo a également donné son feu vert à l’ancien président de la FIF, tout comme Roger Ouégnin, le président de l’Asec Mimosas, l’un des clubs les plus influents du pays.

Ouattara reste neutre

Jacques Anouma a également recommandé à Didier Drogba d’éviter de saisir la CAF ou la FIFA pour tenter d’imposer sa candidature. En septembre 2020, l’ancien capitaine des Éléphants avait en effet écrit à Fatma Samoura, la secrétaire générale de la FIFA, pour accuser l’ex-comité exécutif de lui faire barrage.

L’ancien patron de la fédération envisage de présenter très prochainement les conclusions de sa médiation à Mariam Dao Gabala, la présidente du comité de normalisation de la FIF, mis en place par la CAF et la FIFA pour assurer la gestion de l’instance et l’organisation des élections. Une mission de ces deux instances présente actuellement en Côte d’Ivoire a par ailleurs prévu une rencontre avec les trois candidats avant son départ du pays.

Aucun entretien avec le chef de l’État n’est en revanche à l’ordre du jour pour cette délégation, qui vient officiellement s’enquérir de l’état d’avancement des travaux d’infrastructures de la Coupe d’Afrique des nations (CAN 2023) et qui supervise l’installation d’un bureau de la CAF à Abidjan. Dans la bataille pour le contrôle de la FIF, Alassane Ouattara garde une position de neutralité.