Économie

Côte d’Ivoire : Patrick Achi en mission séduction à Washington

Cacao, lutte anti-terroriste, AGOA… Le Premier ministre ivoirien s’entretiendra mi-mars avec le secrétaire d’État américain Antony Blinken. Voici ce qu’ils vont se dire.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 11 mars 2022 à 10:02

Patric Achi, le 7 avril 2021. © Luc Gnago/REUTERS

Patrick Achi est attendu le 13 mars aux États-Unis à l’invitation du groupe de lobbying Atlantic Council, qui prône le leadership américain dans le monde. Selon nos informations, il sera reçu dès le 14 par le secrétaire d’État américain, Antony Blinken. L’un des sujets clés abordés sera le Millennium Challenge Corporation (MCC), un programme qui devrait permettre à la Côte d’Ivoire de recevoir un don de 524,7 millions de dollars, accordé en 2019 mais toujours pas décaissé, dans le cadre d’un plan baptisé « Compact ».

Menace d’embargo

Patrick Achi pilotait le MCC lorsqu’il était encore secrétaire général de la présidence. L’entretien devra relancer le programme, au ralenti en raison de la pandémie mondiale de Covid-19. Cependant, Washington estime par ailleurs que Abidjan doit encore améliorer ses performances sur certains indicateurs de gouvernance.

Autre sujet de discussion : la menace d’embargo sur les fèves de cacao ivoiriennes, en tête des importations aux États-Unis. Des ONG américaines avaient démontré, documents à l’appui, que les multinationales exerçant dans le pays ne respectaient pas certaines normes, notamment en matière de travail des enfants et de protection des forêts.

Abidjan souhaite attirer plus d’investissements américains dans le pays, et l’African Growth and Opportunity Act (AGOA, loi sur le développement et les opportunités africaines) fera également l’objet de discussions.

Surveillance et collecte d’informations

La Côte d’Ivoire, qui a voté la résolution des Nations unies pour la condamnation de l’agression russe contre l’Ukraine, négociera également un soutien américain en faveur de la lutte contre le terrorisme dans le nord du pays. Washington participe déjà à cet effort en formant des forces ivoiriennes, mais Abidjan souhaite un soutien logistique dans la surveillance et la collecte d’informations, tout comme c’est le cas pour Barkhane.

Les États-Unis attendent plus de transparence dans le climat des affaires, une réforme de la justice et la promotion des droits humains, notamment pour les personnes LGBT. Le séjour américain de Patrick Achi et de sa délégation – composée de Mamadou Haidara, conseiller diplomatique d’Alassane Ouattara et ex-ambassadeur de Côte d’Ivoire, des ministres Souleymane Diarrassouba (Commerce et Industrie) et Emmanuel Esmel Essis (Investissements) – se poursuivra par des entretiens avec des hommes d’affaires.