Politique

Algérie : vaste opération de reboisement après les incendies de l’été

Acteurs publics, privés et associatifs se mobilisent pour faire reverdir les montagnes de Kabylie et des Aurès, ravagées par les terribles feux de l’été 2021.

Mis à jour le 10 mars 2022 à 18:11

Un peu plus de 1 000 plants d’érables et de cèdres seront repiqués le 18 mars en Kabylie. © ALLILI Mourad/SIPA

Après les flammes, la reverdie. Plusieurs mois après les terribles incendies qui ont ravagé la Kabylie et les Aurès à l’été 2021, l’heure est au reboisement. Diverses opérations vont être lancées en ce sens dans les semaines à venir.

Ainsi, à l’occasion de la Journée internationale des forêts, le 21 mars, Général Emballage (GE), le leader algérien de la production de carton ondulé, parraine une grande opération de reboisement au Col de Tizi-N-Chrea, l’un des sommets du massif du Djurdjura, véritable colonne dorsale de la Kabylie.

La région montagneuse du nord du pays a été dévastée au mois d’août par une série d’incendies meurtriers qui ont provoqué des dizaines de morts et brûlé des milliers d’hectares de forêts, de maquis et de vergers.

Un peu plus de 1 000 plants d’érables et de cèdres seront ainsi repiqués lors de l’opération de reboisement qui aura lieu le 18 mars, organisée en collaboration avec la commune d’Ouzellaguen, l’association SOS Environnement et Animaux, et la Direction des forêts de la wilaya de Béjaïa.

Général Emballage à la manœuvre

Selon les initiateurs de l’opération, l’objectif est de renforcer le couvert végétal, de lutter contre l’érosion des sols et, in fine, de générer une forêt récréative. « Une clôture grillagée sera érigée afin d’accompagner la croissance des arbustes et de les protéger contre d’éventuels assauts pastoraux », précise le communiqué de GE.

Dans les Aurès, 10 000 hectares de forêts sont partis en fumée en juillet 2021

L’entreprise, qui compte trois usines de production dans les villes d’Akbou, Oran et Sétif n’en est pas à sa première opération de reboisement. Chaque année, GE organise, finance ou parraine de telles opérations en collaboration avec le tissu associatif local et semble avoir sanctuarisé le principe d’une dépense annuelle consacrée à la reforestation.

De son côté, l’Association SOS Environnement et Animaux s’est régulièrement illustrée par des actions de protection de l’environnement et de la biodiversité, de restauration des écosystèmes, ainsi que par le recueil et la protection des animaux errants.

GE entend ainsi renforcer symboliquement et mettre en lumière le schéma de « boucle fermée » qui caractérise l’industrie du carton ondulé en restituant à la Terre la fraction de matière première (sciure de bois) qui en est issue.

Depuis plusieurs années maintenant, GE a acquis par ses actions une image d’entreprise soucieuse de la protection de l’environnement et de la maîtrise des impacts de ses activités. Ses trois sites de production sont tous dotés de stations d’épuration et d’infrastructures de collecte intégrale des déchets de production, ainsi que de nombreux équipements technologiques de lutte contre les nuisances sonores et environnementales.

4 000 arbres

Parallèlement, à Khenchela, à 520 kilomètres à l’est d’Alger, une vaste campagne de reboisement a été lancée dans cette région boisée des Aurès qui a vu, en juillet, un peu plus de 10 000 hectares de forêts ravagés par de gigantesques incendies durant une quinzaine de jours.

Ce programme de reboisement est financé par le Fonds national de développement rural (FNDR). L’objectif de la campagne est de mettre en terre un peu plus de 1 million de plants avec le concours des services forestiers de la wilaya, des collectifs de jeunes et des associations écologiques locales.

Depuis le 25 octobre dernier, Journée nationale de l’arbre, plus de 4 000 arbres ont déjà été plantés dans les localités de Tamza et Aïn Mimoun, qui avaient été au cœur des sinistres de l’été dernier.

Pour faire reverdir les massifs dévastés par les incendies, les associations écologiques locales et les organisations de conservation des forêts de Bejaïa, Tizi Ouzou et Khenchela ont programmé des dizaines d’autres opérations de reboisement jusqu’à la fin du printemps.