Société

Match nul sur le Net

Si la vieille rivalité entre les deux peuples voisins est connue, plus surprenante est la façon dont elle se déverse sur la Toile, où tous les coups, surtout les plus bas, sont permis. Florilège.

Par - Faïza Ghozali
Mis à jour le 2 juin 2008 à 13:16

« Algéchiens ! » « Marocons ! » « Analphabètes, baiseurs de main ! » « Colonisés, assassins »Â Tels sont quelques-uns des noms d’oiseaux que s’échangent sur la Toile nombre d’internautes algériens et marocains. La rivalité n’est pas nouvelle. Ce qui est sans précédent, c’est la portée que lui donne Internet.
Premier champ de bataille, les plates-formes nationales en .dz ou .ma. Les Marocains y traitent leurs voisins de « barbares » et de « bouffeurs de pétrole sous le joug d’une junte militaire ». Ceux-ci le leur rendent bien : « peuple d’analphabètes », « mendiants », « cultivateurs de zatla » (haschisch). Mais c’est sur les sites hébergés à l’étranger, en France mais aussi dans les pays anglo-saxons, que les échanges se font les plus violents. Quel que soit le sujet, pour peu que la discussion ou l’article porte sur le Maroc et/ou l’Algérie, des « posts » agressifs sinon haineux surgissent. Avec toujours les mêmes arguments, tel un « kit de prêt-à-penser » à servir chaud, de préférence.
Mais pourquoi tant de haine ? Nombreux sont ceux qui grimpent aux branches de l’Histoire pour étayer la rivalité entre les deux pays et, par la même occasion, justifier le leadership de celui dont ils se réclament : fermeture des frontières (depuis 1994), Sahara occidental, guerre des Sables (1963), bataille d’Isly (1844)Â Certains en appellent même aux mannes des Almoravides (XIe siècle) et des Idrissides (VIIIe siècle) ! Chaque camp rend coup pour coup. On imagine l’effarement du modérateur chargé de fixer les limites de l’invective, les yeux rivés sur l’écran et le clic de censure à portée de souris. Les insultes échangées sont parfois si crasses qu’elles en donnent la nausée. La même rhétorique tourne en rond et le dialogue vire toujours au monologue à deux voix.
Sur la Toile, la guerre des idéologies et la surenchère nationaliste exacerbent les passions. La moindre escarmouche diplomatique, saillie ou rodomontade de responsables politiques ne manque pas de raviver les braises. Sans oublier les matchs de foot et l’actualité people, qui régulièrement alimentent la polémique. Traité de « petit Marocain psychopathe », l’offensé répond à « l’algéropathe ». « Est-ce qu’on t’a refusé un visa d’entrée (instauré pour les Algériens par le Maroc, il a été abrogé en 2005) comme vous l’avez fait avec Jamel Debbouze ? »
Et si cette rivalité s’expliquait par une trop grande proximité entre les deux peuples ? À la question « Quel autre peuple vous ressemble le plus ? », une majorité d’Algériens et de Marocains se désigneront mutuellement. « On parle la même langue », rigole Tarik, un Algérois de 31 ans. Comme si cette rivalité était plus réelle sur Internet que sur le terrain. Bien sûr, les clichés sur les uns et les autres sont connus. Mais on parvient davantage à s’en amuser que sur la Toile.
Quelques voix tentent bien de mettre fin au jeu de massacre. Agacé, Hatem, dont le pseudo affiche d’emblée « Algéro-Marocain », se lâche : « On est sur Internet ou dans un PMU ? On dirait des immigrés alcooliques qui viennent de perdre tout leur salaire sur un cheval et qui finissent sur le zinc en train de défendre un pays qu’ils n’ont jamais habité. » Sous le pseudo « Maghrébin avant tout », un autre internaute interpelle ses homologues algériens et marocains : « Quelle tristesse de vous lire !!! D’un côté comme de l’autre, on nous a mis des Âillères et on nous manipule Les perdants, ce sont nos peuples et nos jeunes. Stop à ces bêtises ! » Et conclut : « Je rêve de l’UMA et non de l’Union médiocre arabe ! » Alors, amis Internautes des deux pays, unissez-vous !