Transports

Maroc : l’IATA vent debout contre la nouvelle taxe aérienne

Royal Air Maroc serait elle aussi exposée aux répercussions de la nouvelle taxe aérienne. © RAM

L'Association internationale du transport aérien (IATA) tire la sonnette d'alarme au sujet de la nouvelle taxe aérienne marocaine. Celle-ci pourrait, selon l'association, entraîner un manque à gagner de 1,1 milliard de dirhams (99 millions d'euros) pour le Trésor public marocain.

Dans une lettre adressée au ministère du Tourisme marocain, l’Association internationale du transport aérien (IATA) a renouvelé sa mise en garde au sujet de la taxe aérienne qui sera instaurée le 1er avril prochain au Maroc. Elle sera de 100 DH (9 euros) sur les billets en classe économique et de 400 DH (35 euros) pour les autres catégories.

Répercussions

Lire aussi :

PwC : L’Afrique, championne des impôts
La Royal Air Maroc redécolle
Royal Air Maroc ouvre un hub à Rabat

L’IATA, qui regroupe 240 compagnies de transport aérien et couvre 84% du trafic aérien mondial, estime que cette taxe détériorerait la compétitivité des prix de l’industrie touristique marocaine.

L’association estime que cette impliquerait une hausse de 2,2 % en moyenne du prix des billets d’avions et conduirait à une baisse de 2,3 % du nombre de touristes arrivés par voie aérienne au Maroc. Au total, cette nouvelle imposition pourrait générer un manque à gagner de 1,1 milliard de dirhams (99 millions d’euros) pour le Trésor marocain et menacerait près de 13 000 emplois.

Controverse

Du côté marocain, on insiste sur le fait que cette imposition n’est que l’élargissement de l’assiette de la taxe de promotion touristique, jusque là supportée intégralement par les établissements d’hébergement.

Dans sa lettre, l’IATA met pourtant en garde les autorités marocaines sur l’impact de cette mesure sur la situation financière déjà délicate des compagnies africaines. De fait, la compagnie aérienne nationale, Royal Air Maroc (RAM), membre de l’IATA, serait la plus exposée et pourrait perdre quelques 10 millions de dollars de revenus à cause de cette taxe.

Première conséquence de l’annonce de cette nouvelle imposition, deux compagnies étrangères low-cost, Ryanair et EasyJet, ont déjà annoncé l’annulation de 30 lignes reliant le Maroc à l’Europe.

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte