Politique

Vaudeville à Ottawa

Par - Maud Zanetti
Mis à jour le 2 juin 2008 à 13:16

Maxime Bernier, le désormais ex-chef de la diplomatie canadienne, est décidément bien étourdi ! À la mi-avril, il a oublié au domicile de la volcanique Julie Couillard (38 ans), son ex-maîtresse – un « endroit non sécurisé », comme l’explique sans rire Stephen Harper, le Premier ministre conservateur -, des documents confidentiels concernant un récent sommet de l’Otan et la stratégie de son pays en Afghanistan. Pis, il ne se serait aperçu de sa bévue, c’est du moins ce qu’il prétend, que cinq semaines plus tard. « Prise de panique », dit-elle, après la découverte de ces encombrants dossiers, la belle Julie aurait d’abord pris le temps de la réflexion avant de les remettre à un cabinet d’avocats. Lequel les a finalement restitués aux autorités.
Pour ne rien arranger, Mlle Couillard n’est pas exactement une oie blanche. Mannequin rangé des podiums, elle compte parmi ses anciens amants deux membres dûment répertoriés du crime organisé – dont l’un a été depuis criblé de balles – et l’on ne sait pas très bien ce qu’elle fait aujourd’hui dans la vie. Elle affirme être agent immobilier, mais son employeur supposé n’en a pas le souvenir Elle a créé une société spécialisée dans la sécurité des aéroports, mais ne croule apparemment pas sous les commandes Encore moins clair : elle affirme avoir découvert des micros dissimulés dans son sommier. Harper jure que son gouvernement ne mange pas de ce pain-là. Son ministre a démissionné, le 26 mai.