Actualités

Hausse de 12% des salaires des fonctionnaires ivoiriens

À partir de fin janvier, les salaires des fonctionnaires ivoiriens, bloqués depuis 1988 seront enfin revalorisés. Près de 120 000 fonctionnaires bénéficieront de cette mesure qui coûtera 78,9 milliards de F CFA (120 millions d’euros).

Mis à jour le 17 janvier 2014 à 12:29

C’est la bonne nouvelle de l’année 2014 pour les fonctionnaires ivoiriens. A partir de fin de janvier, les salaires bloqués depuis 1988 seront enfin revalorisés. Cette mesure, inscrite au budget de l’État ivoirien, coûtera 78,9 milliards de F CFA (environ 120 millions d’euros), en 2014.

Hausse de 12 % en moyenne

L’annonce faite par le président Alassane Ouattara, lors de ces voeux le 31 décembre 2013, a été confirmée et détaillée par Gnamien Konan, le ministre de la Fonction publique et de la Réforme administrative, au cours d’une conférence de presse organisée à Abidjan le jeudi 17 janvier. Ce coup de pouce inclut la prise en charge à 100% des mesures de revalorisations entérinées par décrets depuis 2007 ainsi que la bonification de l’indice salarial décidée en 2013 au profit des cadres supérieurs et du personnel technique de la santé.

En tenant de l’enveloppe de 42 milliards de F CFA utilisée en 2013 et des 78,9 milliards de F CFA inscrits au budget 2014, les salaires des fonctionnaires auront été augmenté en moyenne de 12 %, précise Gnamien Konan.

Lire aussi : 

Côte d’Ivoire : la production de cacao en hausse de 30 %

Côte d’Ivoire : ils sont passés du treillis au costume

Adrien Diouf : « L’endettement des États de l’UEMOA est sous contrôle »

Aussi, bien que seulement 121 382 fonctionnaires sur 153 021 verront leurs émoluments revalorisés cette année, « tout sera fait, pour que progressivement, d’ici à 2019, tous les fonctionnaires bénéficient de cette mesure », assure le ministre ivoirien.

« Cette hausse est en adéquation avec la croissance du pays. Avoir une économie qui croît de 9% chaque année, facilite l’adoption de ce type de mesure », confie un économiste indépendant basé a Abidjan.

Gestion de la masse salariale

Le budget 2014 adopté en décembre 2013 par le parlement ivoirien, fixé à 4 248 milliards de F CFA (6,4 milliards d’euros), tient compte du recrutement de 15 000 agents de l’État dans les secteurs sociaux (éducation, santé…). Aucun risque d’explosion de la fonction publique pourtant, assure Gnamien Konan.

« La Côte d’Ivoire est en train d’élaborer sa stratégie nationale de gestion de la masse salariale. Celle-ci est l’une des plus lourdes de la région et dépasse largement la norme de convergence de l’UEMOA dans ce domaine qui veut que la masse salariale ne représente pas plus de 35% des recettes fiscales », a-t-il ajouté.

Aussi, a-t-il rappelé depuis 2011, la Côte d’Ivoire a entrepris un nettoyage des listes de fonctionnaires qui émargent au budget de l’État. Cette opération a permis d’extraire 3 698 agents, soit une économie annuelle de 10 milliards de F CFA (15 millions d’euros). Enfin, le pays a lancé un vaste projet de modernisation de la fonction publique qui sera décliné sur plusieurs axes, à savoir la « e-administration, la smart-administration et la mobile-administration », a indiqué le ministre.