Économie

Algérie : Condor veut rayonner dans le solaire

Dans un pays où les énergies renouvelables restent peu développées, le groupe Condor fait figure de pionnier et multiplie les projets. Lancée en partenariat avec l’égyptien Elsewedy, la première ferme photovoltaïque privée, située dans la wilaya de Biskra, devrait être opérationnelle en 2023.

Réservé aux abonnés
Par - à Alger
Mis à jour le 7 avril 2022 à 14:34

Un atelier d’assemblage de Condor Electronics à Bordj Bou Arreridj, dans la région des Hauts Plateaux. © Arezki Saïd

L’Algérie produira prochainement davantage d’électricité propre. Le groupe Condor, leader national de l’électroménager, s’est allié pour la réalisation de la première ferme solaire privée du pays à la filiale de l’électricien égyptien Elsewedy Electric Algérie.

Installée en Algérie depuis 2012, cette dernière est le plus grand producteur et exportateur de câbles électriques vers l’Europe. La joint-venture – créée selon la règle du 51/49 – devrait commencer à vendre son énergie électrique dès 2023. « Tout est ficelé. Le contrat de commercialisation est signé avec Sonelgaz et nous sommes dans la phase de réalisation de la ferme », a confié à Jeune Afrique Mohamed Salah Daas, directeur général adjoint de Condor Electronics.

De l’énergie à très bas coût