Politique

Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara place Gilbert Koné Kafana à la tête du RHDP

Attendue depuis des mois, la restructuration du parti présidentiel a été annoncée le 28 février par le président. Le maire de Yopougon en prend la direction. Adama Bictogo a la charge d’un secrétariat exécutif.

Réservé aux abonnés
Par - à Abidjan
Mis à jour le 1 mars 2022 à 10:36

Gilbert Koné Kafana est le nouveau président du directoire du Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et le progrès (RHDP). © DR

« Consolider nos acquis » et « améliorer nos performances ». C’est avec ces objectifs en tête qu’Alassane Ouattara a procédé, ce lundi 28 février, à la restructuration de son parti, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) lors d’une réunion du conseil politique qui s’est tenue à l’hôtel Ivoire d’Abidjan. C’est la première fois que les caciques du parti se réunissaient depuis les élections législatives de mars 2021.

Le président ivoirien a nommé le ministre chargé des Relations avec les institutions et maire de la grande commune de Yopougon, Gilbert Koné Kafana, à la tête du directoire du parti, poste vacant depuis le décès de l’ancien Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, en 2020.

Photocopie trésorier, Adjoumani porte-parole

C’est lui qui avait été chargé de réfléchir à ce nouvel organigramme via un comité de restructuration. Il sera secondé par deux vice-présidents : la ministre des Affaires étrangères, Kandia Camara, et le gouverneur du district d’Abidjan, Robert Beugré Mambé.

Ouattara a appelé les cadres du RHDP à mettre la main à la poche pour garnir les caisses du parti

Le ministre de la Défense et frère du président, Téné Birahima Ouattara, prend lui la responsabilité des finances du parti en tant que trésorier général. À ce sujet, Alassane Ouattara a d’ailleurs appelé les cadres du RHDP à mettre la main à la poche pour garnir les caisses du parti. Le ministre de l’Agriculture, Kouassi Kobenan Adjoumani, conserve quant à lui le porte-parolat, épaulé par le ministre de la Jeunesse, Mamadou Touré.

Ce directoire, chargé de conseiller le président, est composé au total d’une quarantaine de membres, dont une partie du gouvernement – qui devrait être très prochainement remanié. On y trouve ainsi la ministre de l’Éducation, Mariatou Koné, le ministre du Logement, Bruno Koné ou encore celui de l’Intérieur, Vagondo Diomandé. À noter aussi la présence de figures historiques de l’ancien parti, le Rassemblement des républicains (RDR), et de fidèles parmi les fidèles d’Alassane Ouattara, comme la grande chancelière, Henriette Dagri Diabaté, ou l’ancien ministre et actuel conseiller spécial du chef de l’État Ally Coulibaly.

Adama Bictogo secrétaire exécutif

Exit donc la direction exécutive du parti dirigée jusqu’alors par Adama Bictogo– qui assure actuellement l’intérim de la présidence de l’Assemblée nationale. Ce dernier prend la tête d’un secrétariat exécutif placé sous l’autorité du directoire, qui regroupe quatre secrétaires exécutifs adjoints et vingt-deux secrétaires nationaux. Sa mission : mettre en œuvre les décisions prises par le directoire.

Aucune trace du Premier ministre dans ce nouvel organigramme, même si Patrick Achi était bien présent

Ce secrétariat exécutif aura également pour vocation de rapprocher le parti du terrain. Alassane Ouattara a en effet regretté une forme de déconnexion du RHDP vis-à-vis de sa base et pointé du doigt des élus locaux trop peu impliqués auprès des militants qui préfèrent « créer des clubs ou des associations de soutien » à leur gloire. Le président a ainsi « encouragé ces nouvelles instances à aller dans les régions, les départements, les villes et les villages pour remobiliser [les] militants et prôner les idéaux de paix, de rassemblement et de dialogue ».

Aucune trace du Premier ministre dans ce nouvel organigramme, même si Patrick Achi était bien présent lors de cette réunion du conseil politique, au cours de laquelle il a brièvement pris la parole. « Alassane Ouattara a une place pour chacun », assure un proche du président.

Le chef de l’État s’est par ailleurs félicité des performances économiques de la Côte d’Ivoire et de la situation sécuritaire dans le pays. Il a fait plusieurs annonces, dont celle de la création de 10 000 postes de policiers et de gendarmes, en plus des 10 000 déjà annoncés dans l’armée.