Politique

Niger : Mohamed Bazoum libère des « terroristes » en vue d’ouvrir le dialogue

Le chef de l’État a annoncé la libération de plusieurs « terroristes » détenus au Niger, dont des membres de Boko Haram. Une première dans le pays.

Par
Mis à jour le 27 février 2022 à 11:52

Mohamed Bazoum, au palais présidentiel, à Niamey, le 6 octobre 2021. © Vincent Fournier pour JA

« J’ai identifié neuf chefs terroristes. On m’a conseillé de libérer des prisonniers que j’ai directement reçus (après leur libération) au palais de la présidence parce que je cherche la paix », a déclaré le président nigérien, vendredi soir, lors d’une réunion sur la situation sécuritaire du pays, selon une retransmission samedi par la télévision nationale.

« Je ne ménage aucun moyen. J’ai libéré sept à huit personnes détenues dans les prisons de Kollo (Sud), de Koutoukalé (prison de haute sécurité) et j’ai plein d’émissaires dans toutes les zones (…) j’ai essayé des réconciliations dans les villages, je me débrouille comme je peux », a ajouté Mohamed Bazoum.

Cette annonce confirme une information de Jeune Afrique, qui annonçait, en amont de cette réunion, que les équipes de la présidence travaillent depuis plusieurs mois à engager des discussions avec plusieurs chefs jihadistes opérant dans la région frontalière de Tillabéri.

À Lire Mali : que va devenir la Minusma après le retrait de Barkhane ?

« Ces libérations sont les premières du genre publiquement divulguées dans le cadre de la recherche et la restauration de la paix au Niger depuis le début des attaques terroristes en 1995 », a affirmé vendredi une source à la présidence. Ces libérations sont intervenues au cours des « trois derniers mois » et concernent « des membres de mouvements dont Boko Haram » dans une démarche « de la recherche de la paix », a confié un proche du président à l’issue du discours de ce dernier.

Bazoum sur deux fronts

Le Niger fait face à deux fronts jihadistes : dans le Sud-Est proche du Nigeria, où agissent le groupe nigérian Boko Haram et l’État islamique en Afrique de l’Ouest (Iswap), sa branche dissidente et dans sa partie Ouest, proche du Mali, cible de groupes affiliés à l’État islamique (EI) et à Al-Qaïda. Ces mouvements jihadistes ont recruté « beaucoup de jeunes nigériens », selon des sources sécuritaires.

Ces jeunes gens qui sont dans le terrorisme qu’est-ce qu’ils veulent ?

« Depuis que je suis venu à la tête de l’État (en avril 2021), je me suis dit : “ces jeunes gens là qui sont dans le terrorisme qu’est-ce qu’ils veulent ?”. J’ai décidé de les aborder, j’ai cherché le parent biologique de chacun d’entre eux (…) je leur ai envoyé des émissaires », a indiqué le président Bazoum.

Il a dit avoir « parlé avec certains » et en a « reçu d’autres » et avoir relevé « une légère accalmie » dans les attaques jihadistes particulièrement dans le sud-est.

« L’esprit de Takuba »

Parallèlement, Mohamed Bazoum assure que quelque 12 000 soldats nigériens combattent « en permanence » dans une dizaine d’opérations anti-jihadistes dont la dernière « Niya » (volonté en langue locale) de 2 160 hommes a été « montée » en février dans le sud-ouest, proche du Burkina Faso.

À Lire Mohamed Bazoum : « Comment nous éradiquerons le terrorisme »

En outre, le président nigérien a insisté sur le « nécessaire » appui de leurs alliés européens et américains contre les jihadistes. « Nous n’avons pas les moyens de garder tous nos villages. Mes militaires sont 12 000 dans des opérations, ils font quatre mois (sur le terrain) si à côté d’eux je peux placer 600, 700 Européens qui ont des hélicoptères qui vont travailler avec eux (…) c’est ça l’esprit de Takuba », la force européenne qui pourrait être redéployée dans la zone nigérienne de Tillabéri après son retrait du Mali.

Avec AFP