Économie

Banque : Standard Chartered bat ses records en Afrique-Moyen-Orient

La banque internationale boucle l’année avec une rentabilité particulièrement élevée dans cette zone qui lui rapporte un tiers de plus en bénéfice brut que l’Europe et l’Amérique.

Réservé aux abonnés
Mis à jour le 1 mars 2022 à 11:45

Siège de Standard Chartered, à Londres. Les origines de la banque multinationale remontent aux années 1850. © sc.com

« 2021 a été une année exceptionnelle pour nous dans la région Afrique et Moyen-Orient », a indiqué Sunil Kaushal cité dans un communiqué de Standard Chartered (SC). Le manager formé en Inde et placé aux commandes de cette zone en octobre 2015 alors que la banque internationale venait d’y subir une année particulièrement désastreuse, peut se réjouir du rebond de l’activité observé l’an dernier.

Plus de 800 millions de dollars de bénéfices

En 2021, SC a réalisé un chiffre d’affaires de 2,4 milliards de dollars (+3%) dans la zone Afrique-Moyen-Orient (AMO). Son produit net bancaire dépasse d’environ 400 millions de dollars les revenus réalisés dans la zone Europe & Amériques (2 milliards de dollars de revenus). « Les revenus de la Banque en Afrique ont augmenté de 9% à taux de change constant grâce à l’élan de la banque numérique et à la forte conversion du pipeline [de projets] ; le bénéfice d’exploitation pour l’Afrique a atteint son niveau le plus élevé depuis 2015 », se félicite la multinationale. La banque britannique, fondée en 1853, tire désormais l’essentiel de ses revenus et de ses profits des marchés émergents, d’abord l’Asie, puis l’Afrique et le Moyen-Orient et enfin, les pays développés.