Politique

Trente-cinq ans de crise

Par
Mis à jour le 4 mai 2004 à 01:00

© AFP

1969 Kadhafi demande l’évacuation des bases américaines (Wheelus, Tripoli) et britannique (Tobrouk).
1970 Départ des dernières troupes britanniques (le 31 mars) et américaines (le 11 juin).
1973 Kadhafi interdit l’accès du golfe de Syrte à la 6e Flotte. Refus de Washington, qui accuse le colonel de terrorisme, au Tchad. L’ambassadeur américain quitte Tripoli.
1978 Premières sanctions (embargo militaire).
1979 La Libye soutient la révolution iranienne. Des émeutiers incendient le siège de l’ambassade américaine à Tripoli. Rupture des relations diplomatiques.
1980 Accrochages aériens au-dessus du golfe de Syrte.
1981 Fermeture de l’ambassade libyenne à Washington. Reagan déclare que « Kadhafi est l’homme le plus dangereux du monde ». Nouveaux accrochages aériens : deux avions libyens Su-22 sont abattus par des F-14. « Reagan est fou », s’indigne le Guide.
1982 Aggravation des sanctions (embargo économique). Départ des compagnies pétrolières Exxon et Mobil.
1983 Soutien de l’administration Reagan à l’opposition libyenne.
1984 Manifestations, à Londres, devant l’ambassade de Libye. Un membre du personnel (jamais identifié) ouvre le feu, tuant un policier britannique (une femme).
1986 Sanctions économiques générales (8 janvier) : interdiction de l’import-export et gel des avoirs financiers libyens aux États-Unis. Départ des dernières compagnies pétrolières (groupe Oasis).
Nouveaux accrochages dans le golfe de Syrte : des missiles Sam sont tirés contre des appareils américains, mais les manquent.
Le 5 avril, attentat contre le night-club La Belle, à Berlin-Ouest (3 morts, dont 2 soldats américains, et 230 blessés). Tripoli est mis en cause.
Le 15 avril, une centaine d’avions américains bombardent Tripoli – résidence de Kadhafi comprise – et Benghazi (41 morts). Deux avions américains sont abattus, et leurs pilotes tués.
1988 Le 21 décembre, attentat contre un avion de la PanAm au-dessus de Lockerbie, en Écosse (270 morts).
1989 Le 19 septembre, attentat contre un appareil d’UTA au-dessus du Ténéré, au Niger (170 morts).
1991 Washington demande l’extradition de deux agents libyens, Abdel Basset Ali el-Megrahi et Lamin Khalifa Fhimah, impliqués dans l’attentat de Lockerbie.
1992 Embargo onusien contre la Libye (aérien, diplomatique et militaire).
1999 La Libye extrade les deux suspects, dont le procès s’ouvre aux Pays-Bas. Suspension des sanctions onusiennes.
2001 Fhimah est acquitté, el-Megrahi condamné à la prison à vie.
2003 Le 14 août, accord sur l’indemnisation des familles des victimes de Lockerbie (2,7 milliards de dollars). Le gouvernement libyen reconnaît sa responsabilité dans l’attentat. Le 12 septembre, levée des sanctions onusiennes. Le 19 décembre, Tripoli annonce l’abandon de son programme « nucléaire » et la destruction de ses armes chimiques.
2004 Accord définitif sur le dossier du DC-10 d’UTA (9 janvier). Levée partielle des sanctions américaines (février et avril). Visite du Premier ministre britannique Tony Blair à Tripoli (25 mars) et de Kadhafi à Bruxelles (27 avril).