Politique

Côte d’Ivoire : nouveau palais et nouveaux ministres pour Alassane Ouattara

Alors même que son projet de remaniement gouvernemental se précise, le chef de l’État ivoirien s’apprête à déplacer le cœur du pouvoir.

Réservé aux abonnés
Par
Mis à jour le 23 février 2022 à 11:11

Alassane Ouattara à Bruxelles, le 17 février. © Thierry Monasse/Getty

Alassane Ouattara (ADO) prévoit de déménager, dès mars, dans un nouveau palais présidentiel, toujours dans le quartier du Plateau, à Abidjan. Cet immeuble récent de cinq étages baptisé L’Esplanade jouxte en effet l’ancien palais datant des années de Félix Houphouët-Boigny. Loin d’être abandonné, ce dernier fera l’objet de travaux de réhabilitation et de rénovation.

Le chef de l’État envisage de tenir les futurs conseils des ministres à L’Esplanade et n’a par ailleurs pas renoncé à son projet de remaniement.

Quatre autres personnalités

Alassane Ouattara souhaite en effet toujours resserrer son équipe, la limitant à 30 membres, contre 41 actuellement. Au sein du nouveau palais, la salle prévue pour abriter les grand-messes gouvernementales ne peut d’ailleurs pas accueillir plus de 35 personnes autour de la table ovale.

Selon nos informations, plusieurs ministères fusionneront et onze à quinze ministres quitteront le gouvernement pour laisser la place à quatre nouvelles personnalités. Tous les membres du gouvernement seront dès lors issus du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP). L’arrivée de cadres de l’opposition n’est pas envisagée, sauf changement de dernière minute. Par ailleurs, Alassane Ouattara envisage d’annoncer les évolutions qu’il prévoit au sein de l’organigramme du parti à ses membres le 28 février.

ADO avait informé les ministres de ce projet de remaniement dès la mi-décembre et le Premier ministre Patrick Achi, assuré d’être maintenu en poste, l’a d’ores et déjà acté. Mais la formation du nouveau gouvernement, initialement prévue pour la mi-janvier, a été repoussée à plusieurs reprises, l’agenda présidentiel étant chargé.

Le chef de l’État a quitté la Côte d’Ivoire le 3 février pour Accra afin d’assister au sommet de la Cedeao sur les crises malienne et burkinabè, avant de rejoindre Addis-Abeba pour prendre part à celui de l’Union africaine (UA). Puis ADO s’est rendu en France pour une visite privée avant de séjourner à Bruxelles, où se déroulait le sommet Union africaine-Union européenne. Il est rentré le 22 février à Abidjan.