Politique

Éthiopie : lancement de la production d’électricité du barrage sur le Nil

Après plus de dix ans de travaux et de controverses avec l’Égypte et le Soudan, l’Éthiopie a officiellement lancé dimanche 20 février la production d’électricité de son grand barrage de la Renaissance, sur le Nil Bleu.

Par
Mis à jour le 15 mars 2022 à 15:42

Le grand barrage de la Renaissance (Gerd), à Guba en Éthiopie, le 19 février 2022. © AFP

C’est « la naissance d’une ère nouvelle », a lancé le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed en présidant dimanche le lancement de la production du Grand Ethiopian Renaissance Dam (Gerd), projet controversé de plusieurs milliards de dollars. « C’est une bonne nouvelle pour notre continent et pour les pays en aval avec lesquels nous aspirons à travailler ensemble », a-t-il ajouté sur Twitter.

Accompagné de nombreux hauts responsables du pays, Abiy Ahmed a effectué une tournée dans la centrale électrique et a cliqué une série d’interrupteurs sur un écran électronique pour déclencher la production du barrage.

« Ce grand barrage a été construit par les Éthiopiens, mais au bénéfice de tous les Africains, pour que tous nos frères et sœurs d’Afrique en profitent », a affirmé un haut responsable participant à l’inauguration. « Cette journée, pour laquelle les Éthiopiens ont tant sacrifié, ont tant espérée, et pour laquelle ils ont tant prié, est enfin là », a-t-il ajouté.

Au lancement du projet, chaque fonctionnaire avait été appelé à contribuer au financement du barrage, à hauteur d’un mois de salaire. Par la suite, de nombreux emprunts publics avaient également sollicité les économies des Éthiopiens.

Tributaires du Nil

Dimanche, divers responsables éthiopiens ont loué les efforts d’Abiy Ahmed pour achever le financement d’un projet qui a longtemps frôlé l’échec. « Notre pays a tant perdu, surtout financièrement, en raison des retards de travaux », a souligné le directeur général du projet Kifle Horo, lors de ses remarques d’ouverture. En l’absence de comptabilité officielle précise, le coût total du projet a été estimé par les experts à 4,2 milliards de dollars (3,7 milliards d’euros).

Cette eau génère de l’énergie puis continue de couler comme avant vers le Soudan et l’Égypte, contrairement aux rumeurs qui affirmaient le contraire

Le Gerd constitue, depuis le lancement du projet en 2011, un contentieux avec le Soudan et l’Égypte, tous deux tributaires du Nil pour leurs ressources hydrauliques. Le Caire invoque un « droit historique » sur le fleuve, garanti depuis un traité signé en 1929 entre l’Égypte et le Soudan, alors représenté par le Royaume-Uni, puissance coloniale. L’Égypte avait obtenu un droit de veto sur la construction de projets sur le fleuve.

En 1959, après un accord avec Khartoum sur le partage des eaux, l’Égypte s’était attribué un quota de 66 % du débit annuel du Nil, contre 22 % pour le Soudan. N’étant pas partie prenante de ces accords, l’Éthiopie ne s’est jamais considérée liée par eux et, en 2010, un nouveau traité signé par les pays du bassin du Nil, qui prend sa source en Ouganda, a supprimé le droit de veto égyptien et autorisé des projets d’irrigation et de barrages hydroélectriques.

« Comme vous le voyez, cette eau génère de l’énergie puis continue de couler comme avant vers le Soudan et l’Égypte, contrairement aux rumeurs qui affirmaient que les Éthiopiens voulaient bloquer l’eau pour les affamer », a affirmé Abiy Ahmed.

Saisies l’été dernier, les Nations unies (ONU) avait recommandé aux trois pays de poursuivre leurs pourparlers sous l’égide de l’Union africaine (UA). Le Caire et Khartoum, inquiets pour leur approvisionnement en eau avaient demandé à Addis Abeba de stopper le remplissage du barrage.

L’Éthiopie avait néanmoins procédé en juillet dernier à la seconde phase de remplissage du barrage, annoncé comme un des plus gros d’Afrique avec un objectif de production initiale de 6 500 mégawatts (MW), revu à la baisse à 5 000 MW, soit le double de la production actuelle de l’Éthiopie. Selon les médias d’État éthiopiens, la production initiale du Gerd est de l’ordre de 375 MW avec la mise en service d’une première turbine.

Situé sur le Nil Bleu, à une trentaine de kilomètres de la frontière soudanaise, le Grand barrage de la Renaissance est long de 1,8 km et haut de 145 mètres.

(Avec AFP)